Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

Émotion et motivation

Animé par Catherine Le Sage

Régulièrement, nous nous demandons ou nous demandons à l’autre (couple, famille, enfant, relation professionnelle..) d’être motivé ou d’avoir de la motivation …
 
La motivation semblant être un moteur pour atteindre quelque chose que nous désirons, aussi lorsque nous nous retrouvons démotivés, nous sommes comme en panne…
 

  • La motivation est-elle un appel ?
  • Qu’est-ce qui nous appelle ?
  • Sommes-nous appelés par l’extérieur ou l’appel provient-il du dedans de nous ?

 
Je vous propose tout au long de cette journée, de regarder ensemble ce qui se joue pour nous lorsqu’il y a émotion, motivation ou démotivation.
 
En appui sur notre logique émotionnelle, nous explorerons nos besoins fondamentaux, source de motivation à agir et les « pour_quoi » de nos comportements.
 
Cet atelier sera l’occasion d’allier exercices personnels et temps pédagogiques.
 
Catherine Le Sage, tout au long de cette journée,  vous invitera  à aller à la rencontre de votre  processus émotionnel, de  ses causes, de ses conséquences biologiques et psychologiques.

Coaching et émotions

« Coaching et Émotions » vous donne des clefs pour décoder les besoins réels de vos clients et les accompagner dans la compréhension de leurs mécanismes comportementaux.

  • 4 jours pour décrypter ce qui le plus souvent reste caché et peut bloquer le processus d’accompagnement.
  • 4 jours en 2×2 jours à un mois d’intervalle pour avoir le temps d’intégrer et d’expérimenter la Logique Émotionnelle : une grille de lecture innovante, très accessible et super efficace comme en témoignent les nombreux coachs qui ont suivi cette formation.

Témoignages de coachs recueillis à l’issue des précédents stages :
« J’ai découvert une démarche d’une grande richesse, qui tient compte des dernières recherches en neurosciences, qui fait le lien avec d’autres approches très utilisées en entreprise et qui optimise vraiment la relation d’accompagnement »
«  J’ai appris à identifier les besoins qui se cachent derrière les émotions et à décoder les premiers signaux de réactivité, ce qui me permet d’alerter mon coaché sur les risques qu’il prend s’il n’en tient pas compte…
une façon efficace de le faire progresser sur une voie relationnelle plus humaine et plus profitable … »

L’enjeu pour le coach ou l’accompagnant est de prendre en compte de manière distanciée et pertinente la dimension émotionnelle de leurs « coachés » pour leur permettre de dépasser leurs automatismes, de progresser en conscience  et de rendre plus fluides leurs relations interpersonnelles et professionnelles.

Informations et inscription auprès de Clothilde Marciano : clothilde.marciano@gmail.com

Emotions et organisations

Formation Introductive de 2 jours sur les émotions au travail

  • Dates à venir

 La formation sera animée par un binôme de praticiens en Logique Émotionnelle® intervenant au sein des organisations et dispensée par l’intermédiaire de la société Aklam, organisme de formation professionnelle affilié à l’Institut de Logique Émotionnelle

Découvrez la logique émotionnelle® contenue dans les comportements, raisonnements et décisions d’actions au sein des organisations

Pour gagner en efficacité et performance collective dans le respect de chacun.

Dans notre monde du travail, en pleine révolution digitale, et face aux exigences accrues en matière de productivité, agilité, créativité, esprit d’équipe, bien-être voire bonheur au travail comme antidote aux risques dits psychosociaux, les tensions sont vives chez les collaborateurs impactés, désorientés, frustrés ou démunis.

Comment faire le lien entre ces attentes organisationnelles et les mécanismes émotionnels en jeu pour chacun ?
Comment contribuer à amener un groupe vers la responsabilisation, la solidarité, l’innovation, plutôt que les rapports de force, d’évitement ou le découragement  ?

Informations et inscription

Olivier Vidal
06 79 82 64 81
ovidal@bluenterprises.net

Éducation et émotion : un autre modèle

Ou comment la compréhension du processus émotionnel peut nous aider à accompagner nos enfants, avec bienveillance et autorité.

L’émotion est la solution de l’enfant.
Mais les éducateurs adultes que nous sommes ne le savent pas.
Alors, l’émotion est attribuée à une intention hostile (comme provoquer ses parents) ou à une souffrance que le parent devrait savoir soulager.

Or, l’émotion est avant tout une solution de l’enfant pour lui-même, pour répondre à son propre désir d’existence.
Faute d’être conscient de ce processus, enfants et parents emmêlent leurs émotions, créant bien des incompréhensions.

Nous pouvons transmettre cette logique saine et profondément responsable à nos enfants. Leur donner les outils adaptés à leur âge pour qu’ils découvrent l’ampleur de leurs ressources, apprennent à demander à bon escient et à découvrir le sens de l’effort, non pour faire plaisir aux parents, mais parce qu’il construit la confiance.

Quand la logique émotionnelle devient une culture familiale, l’écoute et l’autorité s’en trouvent bien simplifiées !————–

Durant ce séminaire, nous découvrirons le modèle de l’éducation fondée sur le processus émotionnel :

  • La posture de l’éducateur : entre bienveillance et autorité ;
  • Le langage de l’émotion : quand l’émotion de l’éducateur s’emmêle avec celle de l’enfant ;
  • Comprendre les réactions de défense , les siennes et celles de l’enfant ;
  • Comprendre la nature des désirs qui animent tout être humain ;
  • Comment éduquer l’enfant à la  compréhension de ses émotions ;
  • Comment et quoi écouter ; comment écouter pour que l’enfant parle ;
  • Comment parler pour que l’enfant écoute.

La voie du désir

Samedi 21 et dimanche 22 mai 2022.

C’est quoi le désir ?
C’est ce qui fait naitre le MOI.

Le désir est constitutif de nos habitudes comportementales et mentales. Des plus raisonnables aux plus émotionnelles et défensives.

Le désir est à l’identité ce que le mouvement est au corps, un appel, un moteur incarné dans notre cerveau. Celui-ci est soumis à une double contrainte biologique : être vivant et être mimétique, en miroir. Un duo qui peut produire de la bienveillance ou devenir un duel et générer malveillance, manipulation et frustration.

Nous vous proposons, pendant deux jours, de découvrir le sens vivant du désir à la lumière de la Logique émotionnelle : d’où nait le désir, comment il s’exprime, comment il se distingue de l’objet du désir, comment il initie l’action et la réflexion. Et surtout comment nous pouvons y répondre par des voies plus créatives que nos seuls automatismes grâce aux capacités de notre néocortex.

Pendant ces deux journées, en alternant exercices pratiques et apports théoriques de la Logique émotionnelle, les participants découvriront l’écho de l’élan vital corporel et instinctif contenu dans le désir ; ils comprendront comment le besoin ontologique d’être vivant se déploie dans le désir d’avoir de quoi le demeurer (vivant !).

Le mimétisme est un processus biologique mieux connu depuis la mise en évidence des neurones dits miroirs dans le cerveau moteur : ceux-ci sont capables d’activer les voies nerveuses de l’action sans que le corps ne bouge. Voie d’apprentissages, le mimétisme s’impose aussi dans nos relations. Comment utiliser en conscience ce mécanisme sans le subir ?

La connaissance des processus biologiques à l’origine du désir est facteur de liberté et de créativité. Son ignorance entretient l’attente, la rivalité, le conflit et donc, la frustration.
 

  • Identifier et mettre des mots sur la nature du désir en soi : sûreté ? liberté ? reconnaissance ? distinction ? paix ? initiative ? A partir d’une situation personnelle, chacun trouvera le mot qui correspond à son désir.
  • Distinguer le désir de l’objet sur lequel il est projeté : le moyen d’avoir est différent du désir d’avoir. Notre désir parle de nous ; à nous d’y répondre.
  • Reconnaitre les habitudes mentales et comportementales automatiques utilisées jusqu’alors pour répondre à nos désirs : quels sont les moyens que mon « crocodile intérieur » a favorisés pour répondre à mon désir ? L’habitude d’éviter les problèmes, de contrôler les situations (et les autres), tolérer et m’adapter en passant si possible inaperçu ? Fuite, lutte, repli sur moi ?
  • Ajouter de nouvelles capacités pour répondre à notre désir. Revoir à neuf le désir, soulagé de ces autres dont nous attendons satisfaction, pour laisser apparaitre d’autres voies d’action. Car, si nous ne pouvons faire disparaitre les voies neuronales automatiques, nous pouvons toujours en automatiser de nouvelles.


La liberté est par là !

Émotions : quand c’est plus fort que moi

Vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 février 2022.


Peur, colère, tristesse : Comment faire face

Ah ! Qu’il serait doux de parvenir à « gérer » nos émotions …

De canaliser ce trop plein de sentiments quand il déborde.

Nous sommes habitués à croire que ce sont les situations ou les autres qui nous stressent ; alors nous leur en voulons. A moins que nous nous en voulions à nous-mêmes ! Nous culpabilisons de mal réagir en cherchant désespérément des solutions du côté de la gestion. Sans grand effet le plus souvent et en augmentant même le niveau de frustration !
 
La méconnaissance de la véritable nature de nos émotions entretient en nous un conflit durable nommé le stress. Apprivoiser le « crocodile » émotionnel s’apprend en posant un regard compréhensif et bienveillant sur son langage. A commencer par le début : il nous faut comprendre les effets que produisent les informations transmises par nos 5 sens, des effets sensoriels qui bouleversent le corps, puis qui se diffusent sous forme de langage dans l’esprit. Ainsi, à partir de cette écoute profonde et vivante, nous serons prêts à agir en conscience dans un quotidien si complexe.
 
Vous pourrez découvrir votre propre logique émotionnelle et, apprendre à faire la paix avec votre cerveau, passage nécessaire pour être en paix en soi.
 
Avec des exercices pratiques -expression corporelle, écoute, évocation de situations personnelles- chacun pourra découvrir le véritable « bon sens » de son cerveau : qu’est-ce que percevoir ? Qu’est-ce que sentir ? Pour quoi réagir ? Qu’est-ce qu’un besoin d’existence ? A quoi servent les désirs ? D’où viennent nos habitudes et comment évoluer ? Que pouvons-nous faire de nos ressentiments ? Nos pensées sont-elles aussi objectives que nous le pensons ? Autant de questions auxquelles ces journées permettront de répondre, non de façon idéaliste mais concrètement et de façon vivante.
 
Reconnaissons vraiment que notre cerveau vous veut du bien ! Et que tout en lui tend à nous maintenir… en vie ! Et qu’il en va de même pour le cerveau de chacun, de tout notre entourage. Faire la paix avec soi passe par la connaissance : non pas l’accumulation d’informations, « toujours plus, tout le temps et à tout prix », mais la connaissance qui ouvre à la curiosité et à l’action plus juste et respectueuse.


Renseignements et inscription : clothilde.marciano@gmail.com

Ce processus change TOUT : il est incroyablement libérateur !

Après avoir longtemps cheminé sur une voie cognitive, j’ai découvert la Logique Émotionnelle® (LE).

Moi qui avais exploré la psychanalyse pour mettre des mots sur mes émotions et les tenir ainsi à « bonne » distance, j’entendais soudain que « l’émotion n’est pas le problème, mais la solution ».

Je suis allée à une conférence à la rencontre de Catherine Aimelet-Périssol, fondatrice de la LE, et j’ai participé à deux stages. Alors que j’étais convaincue que seule la raison me permettrait de comprendre, de « gérer » mes émotions, je découvrais, avec une immense gratitude et une très grande excitation, comme un trésor inattendu, qu’une autre voie était possible, qui me proposait, non plus de gérer, mais « d’accueillir » ce qui était, tout simplement. J’ai eu envie d’explorer pleinement cette voie, avec l’intuition que c’était la mienne.

C’est ainsi que j’ai assisté aux soirées consacrées aux 7 étapes E.M.O.T.I.O.N.

Lors de ces soirées, qui ont lieu chaque année et que l’on peut redécouvrir à l’envi, j’ai approché un nouveau code de conduite en 7 étapes : elles sont présentées l’une après l’autre avec une première partie théorique, puis, 15 jours après, une mise en pratique au cours d’ateliers.

Ces étapes invitent notamment à regarder ce qui se passe en soi, à accueillir sa peine, à voir ses réactions de défense, plutôt que de rendre immédiatement l’autre ou quelque chose responsable.

Ce processus change TOUT : il est incroyablement libérateur ET réconciliateur avec l’être que nous sommes.

Aujourd’hui, lorsqu’une émotion surgit, j’essaye – le plus possible – de ralentir, pour cerner l’événement qui a déclenché un malaise, pour sentir ce que je sens. Car je sais que c’est cela qui va me permettre d’agir avec conscience et non plus en mode « pilotage automatique ». Et lorsque l’émotion est trop forte et que je réagis instantanément, car je suis un être humain et donc imparfait (!), je prends le temps ensuite de comprendre ce qui s’est joué en déroulant les 7 étapes.

Parce que la Logique Émotionnelle est un nouveau chemin, elle nécessite un apprentissage régulier, de la patience et de la bienveillance pour soi. J’avance, je fais des pas de côté, je trébuche, mais je me remets en route car je me vois mieux et je vois mon mieux-être.

L’Année Nouvelle ! Nouvelle, vraiment ?

Comment vous la voulez cette Nouvelle Année ?
Bonne, heureuse, joyeuse, en santé, sans Covid, sans masque sans privation, mais avec embrassades, musées, théâtre et cinéma ? Tout ça à la fois ? Oui, bien sûr !


Voilà ce que nous désirons tous retrouver. Nous savons pourtant que quelque chose devrait changer dans nos habitudes consommatrices pour que le monde change, mais… Mais, nous sommes tellement attachés à (ou par) nos représentations, nos croyances et nos fictions, tellement accrochés de nos habituelles réponses pour satisfaire notre désir d’existence que nous ne voyons plus que celles-ci créent naturellement de liens qui enferment ! Ces évidences font partie de nous parce qu’elles sont source de confiance, de certitudes mais aussi d’identité et qu’elles maintiennent une cohérence à notre monde.


Alors, rien de vraiment nouveau finalement ? Plutôt le connu confortable ? Que l’année soit nouvelle sur le calendrier, OK. Qu’elle nous surprenne en mieux et sous la forme de cadeaux, OK. Mais qu’elle le soit sous la forme d’une crise, très peu pour nous ! En fait, le rapport à la nouveauté est bien plus difficile qu’il n’y parait. Faire du nouveau avec l’ancien est difficile à imaginer.


Plutôt que de nous en vouloir d’une telle attitude, de baisser les bras ou de nous distraire en attendant l’effondrement annoncé par beaucoup, nous pourrions commencer par regarder comment la logique émotionnelle éclaire le rapport à la nouveauté, au neuf et au changement.

 
Le responsable de cet état de fait en est le système nerveux lui-même. Il organise notre rapport à ce qui nous est extérieur — les autres, les événements —. Via la perception de nos sens, dans un va-et-vient d’informations sous la forme de sensations et de réactions d’adaptation automatique, notre équilibre homéostatique se maintient dans une cohésion favorable à la vie, à l’origine de l’autoconservation et de la croissance. En cherchant à prolonger dans le temps et en conscience cet équilibre, nous participons au monde, nous en sommes une partie.


Toute notre organisation cérébrale tend ainsi à réduire au maximum l’écart entre l’intention de garantir un état de satisfaction, voire de plaisir, et le résultat de nos comportements censés garantir cet état. La jauge, c’est le ressenti émotionnel, le sentiment éprouvé qui fait suite au comportement adopté. Par exemple, vous avez l’habitude d’exprimer vos envies de cadeaux à votre conjoint pour Noël, persuadé qu’ainsi, vous lui facilitez la tâche et obtenez ce que vous voulez. Mais, celui-ci achète autre chose, persuadé qu’ainsi, il vous fera une surprise et qu’il n’en aura que plus de mérite à vos yeux. Vous voilà déçu, incompris ! Le décalage entre projection et résultat est en effet à l’origine de ce ressenti de dépit. S’en suivent vos représentations binaires sur le couple, l’amour ou le partage. Décidément, c’est compliqué de vivre à deux. L’envie vous vient de retrouver des amis sur les réseaux sociaux. Eux vous comprendront…


Pourtant, et c’est là un paradoxe apparent, cette organisation a bel et bien une intention vitale : réduire l’écart entre satisfaction du désir et résultat, c’est assurer l’équilibre ! Oui, mais assurer l’équilibre réduit la capacité à s’ouvrir à la nouveauté, à la surprise, à l’inhabituel, à l’insolite. Mieux vaut connaitre le processus plutôt qu’en vouloir à l’autre, ou à soi.


Alors, comment faire de cette année une Bonne Année ?

  • En reconnaissant nos comportements pour ce qu’ils sont vraiment : des habitudes profondément ancrées dans le registre automatique de nos systèmes défensifs qui laissent peu d’espace pour recevoir le nouveau
  • En retenant, dans un effort de conscience, nos automatismes destinés à réduire l’écart entre désir de satisfaction et résultat obtenu. Cet effort de s’empêcher ouvre la voie à l’imagination d’autres possibles dans une même intention… exister.
  • En osant la coopération, espace d’écoute et d’expression qui permet aux individus de donner et recevoir des autres, de rendre et de demander.   

Moins glamour que les traditionnels vœux mais plus juste.


Que 2021 soit l’occasion pour chacun de venir apprendre avec nous le langage de la Vie Émotionnelle !

Catherine Aimelet Périssol

Éloge du manque et de l’absence

Calligraphie de Kyoko Rufin-Mori

Ô manque ! je crie ton nom

Je te dis aujourd’hui ma tendresse et mon amour
Ce jour sortie du chaos, relevée du k.o.
 
Ô blanc, Ô absence, Ô manque, Ô pas là … comme je t’entends, te ressens et te comprends maintenant
 
Aujourd’hui, je te vois comme l’éclaireur indispensable
Celui qui de sa lanterne m’a guidée à la vie
 
Bel objet blanc, blanc de l’absence, blanc du manque..
Je te dis aujourd’hui ma tendresse
Comme je comprends ton enseignement maintenant
 
En ai-je pesté de tous ses ressentis, rancœurs et ressentiments
De toutes ses alertes attirant mon attention, faisant le guet et pointant vers le « là » en moi
 
Aujourd’hui, je te vois comme l’éclaireur indispensable
Celui qui, de sa lumière éclaire le tissage du désir, de la présence.

Catherine Le Sage

Calligraphie de Kyoko Rufin-Mori