Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

« Est-ce que ce sont les temps qui sont troublés ou bien nous qui ressentons du trouble dans ce temps de contagion virale? »

La question mérite toute notre attention.
Si ce sont les temps qui sont troublés du fait de la contagion virale due au Covid 19, alors les temps deviennent un danger, voire une menace, et il nous faudrait coûte que coûte fuir ou lutter, échapper ou faire la guerre. A défaut, nous devrions subir notre sort. Voilà comment nous nous rendons dépendants de facteurs qui nous échappent et « les temps » deviennent occasion d’utiliser nos « vieux » automatismes défensifs : fuir, lutter, subir.

Inversement, si c’est nous qui nous sentons troublés, alors nous pouvons faire un bon usage de la logique émotionnelle : ce ressenti vient nous interpeller sur nos actions, nos pensées, nos gestes, notre façon d’être présent dans la situation. Il ne s’agit pas de la nier ou de la dramatiser, mais de regarder ce qui est de notre ressort face à cette situation.

Un bon usage, c’est déjà se poser la question du « comment je fais déjà ? » Comment je me conduis ? Comment je me comporte vis-à-vis de mon désir naturel et essentiel de santé, de sécurité intérieure ? Comment je prends soin de moi ? Quelles sont mes pensées automatiques et donc spontanées et irréfléchies ? Que disent-elles de mes habitudes de survie ? 

A ces questions, premières car nous ne pouvons échapper à notre propre désir d’existence, nous ajouterons alors, comment je me conduis avec mes proches, puis mes moins proches, la collectivité. Car nous ne pouvons agir qu’à partir de ce qui est présent en nous. Et cette connaissance nous permet de nous ouvrir aux autres, aux plus fragiles bien sûr, aux plus émotifs aussi.

Comment je m’informe, comment j’évite certaines informations, comment je me protège, comment je me nourris, et de quoi ? Comment je respecte ou pas les consignes ? Autant d’attention portée sur nos façons de répondre à la situation, perçue par nos sens et filtrée par nos représentations et nos fictions, qui nous aidera à entrer dans le réel, dans la conscience de nos habitudes défensives et de l’erreur à se penser à l’aune de nos peurs.

Non, nous n’avons ni à subir, lutter, dépasser ou nier, que ce soit la situation ou nos peurs !
Nous pouvons agir dans le respect de la logique du vivant, entendre notre désir naturel de sécurité et lui accorder toute sa valeur, pour nous-mêmes et notre communauté.

Prenons soin de nous et donc des autres. Telle est notre responsabilité, modestement.

Catherine Aimelet Périssol et Sylvie Alexandre Rochette

Vous êtes débordés par vos émotions ?

Vous ne comprenez pas vos comportements défensifs ?
On vous dit hypersensibles car vous réagissez pour un rien ?
Vous voudriez changer mais votre peur, votre colère et/ou votre tristesse sont plus fortes que vous ?

La Logique Émotionnelle® peut vous aider

Car, non, l’émotion, en soi, n’est pas un problème : elle serait même un début de solution.

Elle est un signal d’alarme, une suite de réactions corporelles puis psychiques pour (vous) dire que quelque chose ne va pas, qu’il (vous) est arrivé quelque chose et qu’il est temps de ralentir pour entendre le besoin qui vous appelle !
Le seul problème est que, parfois, vous n’écoutez ni l’émotion, ni le besoin. Alors, votre cerveau fait tout un plat de ce qui pourrait être traité avec plus de justesse et de bienveillance.

Parce que l’émotion a du bon sens et une fonction. Elle est logique. Et c’est en vous familiarisant avec son processus et son message caché mais vital que vous pourrez vous sentir, non plus débordés, mais plus libres.

Nous sommes définitivement des êtres sensibles !

La sensibilité est le propre de la vie. Pas de vie sans sensorialité, celle de la Terre, de la plante verte, de l’animal celle de l’être humain. Nous sommes sensibles parce que vivants. Mais elle n’a pas toujours bonne presse !

Nous serions trop sensibles dès que perle une larme et se profile un trouble émotionnel, ou pas assez sensible quand nous ne manifestons pas l’émotion qui conviendrait suite à un moment qualifié de… sensible ! Nous faisons tous l’expérience pourtant que la sensibilité ne se décide pas : elle s’impose selon une logique corporelle qui échappe à la logique rationnelle. C’est ainsi que nous avons tendance à nous méfier d’elle, à la juger à l’aune de notre raisonnement — ce qui devrait exister et ce qui ne devrait pas exister — et à développer ainsi des habitudes d’évitement sensoriel qui, malheureusement, intensifie les manifestations sensorielles, d’angoisse, de colère ou de fatigue. De stress donc.

Mais plus nous évitons notre sensorialité, plus nous devenons hypersensibles, et exprimons, envers les autres et/ou envers soi-même, de la réactivité, jusqu’à en tomber malades !

La Logique Emotionnelle nous permet de nous réconcilier avec notre sensorialité. Le plus souvent, nous pensons que nos réactions sensibles viennent de la situation elle-même que nous qualifions de stressante, angoissante, énervante ou fatigante. En externalisant ainsi sur l’événement nos expériences sensibles, nous nous éloignons du véritable sens de la sensibilité.

La sensibilité ou pour utiliser un terme plus actuel dans le monde du bien-être, la sensorialité est une expérience indissociable de la vie : elle témoigne de l’effet en soi de certaines situations extérieures à soi ; elle exprime comment notre monde intérieur est en écho de notre monde extérieur. La température baisse et je suis en tee-shirt ? Je me sens frigorifié et mon corps se met à trembler pour augmenter ma température intérieure. Frigorifiée est une sensation. Ce n’est pas le froid extérieur qui en est responsable mais le besoin de mon corps de s’adapter à cette réalité pour conserver ses 37°. Cet ajustement passe par le désagrément d’une perte d’équilibre temporaire.


Même si nous gardons l’habitude d’accuser le froid, nous voulons bien admettre cette logique adaptative. Mais elle devient plus difficile à accepter quand il s’agit de notre vie affective et émotionnelle.


Et pourtant ! les manifestations sensorielles ont toujours une intention existentielle : nous signaler que notre être vivant cherche à s’adapter, survivre, répondre au besoin de conservation 100 % naturel et biologique.


C’est à nous, êtres humains pleins de raison et si habiles à raisonner loin de cette nature biologique, de nous familiariser avec notre corps, l’apprivoiser, le reconnaitre tel qu’il existe et non tel que nous le voudrions dans nos affabulations.


Alors, notre corps nous rend au centuple l’attention que nous allons lui porter : nous pouvons devenir un être informé « qui en vaut deux » selon la formule consacrée. Non pas informé par les événements extérieurs toujours changeants et que nous ne pouvons contrôler. Mais informés de l’intérieur.


La logique émotionnelle nous invite à faire de notre sensorialité une alliée, à partir à sa découverte et aux étonnants pouvoirs de guérison qu’elle contient. La sensorialité est en effet un mouvement énergétique, naturel et automatique, dans le corps lui-même dont l’intention est non seulement de nous signaler la nécessité de réagir à une situation qui met en jeu notre vitalité mais aussi de favoriser une mobilisation naturelle de survie qui répare des mémoires anciennes.


Il est difficile de raconter cette expérience intime puisque, précisément, elle est intime à chacun. Les mots ne peuvent guère qu’employer les métaphores ou la poésie pour s’approcher de ces expériences pourtant si naturelle.


Mais cet apprentissage — car nous pouvons tous devenir expert en sensorialité — suppose d’accepter le désagrément, l’étrangeté même parfois de cette épreuve. Nos habitudes de pensée nous en éloignent le plus souvent, nous invitant ainsi à reproduire des comportements d’autoprotection sans même réfléchir. Ce qui est certes écologique sur le plan énergétique mais finit par être coûteux sur le long terme puisque nous nous enfermons dans une matrice défensive automatique.


Découvrir, redécouvrir le message sensoriel au cœur de nos émotions, tel est l’invitation de la logique émotionnelle. Que ce soit dans des émotions débordantes ou dans ces habitudes ressassées pleines d’angoisse, de colère ou de culpabilité, l’attention portée à la sensorialité est profondément libératrice.

Catherine Aimelet Périssol

Comment comprendre les phénomènes d’attachement, de dépendance et d’addiction avec la logique émotionnelle ?

Un exemple d’attachement qui parle à tous…le corps est naturellement « attaché » à l’air, à la nourriture qui lui garantissent son existence. Le phénomène d’attachement est donc biologiquement inscrit dans la résonnance entre « quelque chose d’extérieur et quelque chose d’intérieur », entre un objet et un sujet qui interagissent. Nul ne peut échapper à cette réalité sur laquelle est fondée notre vie. C’est sur cette base fiable que s’élabore « ce à quoi nous tenons ».


Ce processus se retrouve dans nos habitudes comportementales, fondées sur nos besoins et nos désirs d’être : nous cherchons naturellement à vérifier notre existence et ce, d’abord de façon inconsciente. Ainsi nos systèmes de défense de type fuite, lutte ou repli, habitudes de chercher à échapper, à maitriser ou comprendre sont mémorisés comme moyen, seul et unique même, de survivre et donc de vivre. Nous voilà attachés biologiquement puis psychiquement à nos comportements, jusqu’à en être addicts. « Si je n’ai pas mon whisky, mon soda, mon portable, je vais me sentir mal, je vais être en manque, c’est pas possible pour moi » est une phrase qui parle non de raison mais de l’inscription d’expérience corporelle, étendue à l’esprit et à la conscience. Aussi, raisonner et chercher à convaincre la personne de changer d’attitude est-il vain, voire épuisant pour celui qui s’y essaye. Tant que la personne addicte n’identifie pas sensoriellement la dimension corporelle à l’origine de son comportement, elle demeure dépendante de l’objet de sa satisfaction. A l’origine et non en conséquence : en effet, attachement, dépendance et addiction sont d’abord les solutions du corps esprit pour conserver la satisfaction d’un besoin, anticipant la souffrance potentielle d’une nouvelle frustration.


Le désir d’avoir de quoi être est une construction psychique naturelle à partir de l’expérience biologique. Même étendu dans le temps sous la forme d’un désir d’avoir toujours et tout le temps satisfaction n’est pas le problème. Il est même notre façon de « persévérer dans notre être » comme le disait Spinoza, si au fait de l’élan qui anime naturellement la personne.


La logique émotionnelle, en mettant en évidence le phénomène biologique d’attachement, lové au cœur des habitudes d’addiction et de dépendance, soulage de la culpabilité qui aggrave la souffrance. Elle rétablit chacun dans son intention d’être, regarde comment s’y prend la personne dans la persévérance de son existence et ainsi dans la satisfaction de ses besoins de sécurité, d’identité et de réalité. Car ses besoins, corporels et devenus désirs conscients, sont existentiels : nul n’échappe à la construction des moyens d’y répondre. C’est en favorisant l’accord entre l’intention et le moyen employé jusqu’à ce jour, moyen défensif, couteux mais efficace, que la personne pourra s’ouvrir à d’autres voies pour répondre au même désir.


Toutefois, l’habitude d’obtenir satisfaction par le moyen habituel demeure marquée longtemps dans le corps. Le travail est difficile, au pro rata de l’immédiateté de la satisfaction considérée automatiquement comme source de vie.


La voie de libération du moyen initial passe essentiellement par l’expérience corporelle et bien peu par l’usage du raisonnement, aussi juste soit-il.


Addiction, dépendance et attachement sont des phénomènes naturels. Ils augmenteront d’autant plus que nous cherchons à échapper à la réalité biologique de notre corps. La logique émotionnelle est indispensable à la compréhension de ce processus.

Qu’est ce que la résilience ?


Il existe deux définitions de la résilience :

  • l’une physique,  valeur caractérisant la résistance au choc d’un métal 
  • et une autre psychique, capacité à surmonter les chocs traumatiques.

Même si aujourd’hui corps et esprit ne sont plus présentés comme distincts, il n’en demeure pas moins que dans nos représentations, nous demeurons très attachés à considérer l’esprit comme le commandeur du corps… Or, le psychisme est la prolongation du processus adaptatif du corps à son environnement. Il permet une « encore meilleure » adaptation mais ouvre aussi un champ d’expérience mental d’anticipation qui déborde la seule adaptation immédiate ou probable. Nul ne peut échapper à ce processus biologique qui relie corps et esprit dans une même dynamique.


Ainsi la logique émotionnelle permet-elle de voir la résilience comme un mouvement naturel : valeur de résistance corporelle au choc et, donc, capacité à surmonter les chocs traumatiques. Pas de psychisme sans expérience corporelle, pas de désir sans besoin satisfait par la capacité du corps à survivre automatiquement aux événements qui surgissent autour de lui.


Nous sommes tous naturellement résilients puisque nous sommes vivants, puisque nous trouvons tous de quoi vivre dans l’environnement qui est le nôtre et des événements qui nous heurtent. Comment est l’histoire de chacun, puisque chacun se construit sur ses expériences corporelles et affectives. Pour quoi est l’histoire de notre animalité étendue dans notre humanité, ce que nous nommons parfois l’humaine condition, partagée à ce jour par quelque 7 milliards d’individus rassemblés en groupes et cultures distinctes mais répondant aux mêmes désirs d’existence.


La LE permet aussi de nous interroger sur un terme volontiers utilisé : surmonter les chocs. Ce verbe signifie dominer, surplomber ou dompter. En clair, les chanceux résilients seraient ceux qui ont une capacité à dominer le choc, à le mater ou se hisser au-dessus. Nous retrouvons là l’habitude très humaine de se vouloir toujours plus : plus grand, plus fort, plus intelligent, plus résilient. En réalité, face au choc, chacun trouve la voie résiliente qui lui permet d’avancer à sa façon : d’abord dans l’urgence de survie corporelle puis petit à petit dans la construction de son existence à partir de cette première expérience.


La LE donne à voir comment chacun s’y prend, par le déni dans la fuite, par la maitrise des autres, par la recherche de sens du repli, par la survitalité de l’optimisme.
Lors des modules, lors des entretiens, l’écoute et la restitution à la personne des moyens qu’elle se donne pour survivre aux chocs puis vivre avec eux est la voie de la résilience : la personne se découvre ayant agi, sans l’avoir voulu en conscience mais tout simplement en ayant fait ce qu’elle a fait comme elle a fait. Une restitution profondément respectueuse de l’être.