Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

La LE, c’est pour la vie !

La LE m’a appris à mettre du sens sur les relations de défense –les miennes, celles de mon entourage– , à comprendre ce qui se passait. J’ai appris à parler de plus en plus en mon nom, à ne pas me focaliser sur « ce qui n’allait pas » chez l’autre, mais à accorder de l’attention à ma sensation et à en tenir compte dans mes actions et mes propos.

Dès le début de la formation de praticien en Logique Emotionnelle, c’est déjà un immense soulagement de comprendre ce qui se passe ou, si je ne le comprends pas encore, de savoir que je vais comprendre. Que mes réactions ont toujours une fonction vitale. Après, il faut le temps de digérer, puis d’intégrer dans mon corps, de mettre de la fluidité entre mon cerveau cognitif et mon cerveau reptilien qui peu à peu se sent accepté, entendu, remercié… et non plus sans cesse critiqué et rembarré !

La pédagogie de la formation est exceptionnelle ; j’ai apprécié la densité, la cohérence, l’intelligence du contenu très structuré qui me renvoyaient aux meilleures années de ma formation scolaire et post-scolaire, et aussi une approche par le corps, l’affectif, l’émotion, l’interactivité entre pairs… J’ai vraiment été comblée par cette formation !

Aujourd’hui, je me sens de plus en plus unifiée par la L.E., dans l’espace où je n’ai plus la tête d’un côté et le corps de l’autre, et dans le temps, sortant un peu plus convaincue après chaque « rechute » que c’est bien d’en être là où j’en suis maintenant, que c’est en accueillant cela, au lieu de désirer être ailleurs ou autrement, que justement je progresse à petits pas, vers cet ailleurs qui n’existe pas si j’essaie de le rejoindre à grandes enjambées, mais qui se construit « organiquement » en moi si je le laisse venir. Ainsi les pièces du « puzzle » de mon espace intérieur et des différents moments de ma vie semblent se mettre en place harmonieusement, chacune à la bonne place et à la bonne échelle.

C’est l’intuition que j’avais il y a deux ans en me lançant dans cette formation, autant à titre personnel qu’en vue d’une réorientation professionnelle. Et, Dieu merci, je n’aurai pas assez du reste de ma vie pour en visiter toutes les richesses !

Carole

Une méthodologie concrète, efficace, pragmatique

Je me suis vue cheminer ces deux années écoulées.

Observer à la loupe les mécanismes de défense mis en place dans le passé et réactivés de manière répétitive dans le présent a pu être douloureux.

C’est une étape pourtant nécessaire et indispensable qui va dans le sens de la compréhension et de l’intégration personnelle : moins de dépendances par rapport aux systèmes incrustés, évolution vers plus de liberté intérieure. Je vois le chemin qui reste encore à parcourir, mais accepte désormais ce qui a été parcouru pour continuer à avancer. Je ne cesse d’apprendre. Être consciente de soi par rapport à soi, et de soi dans la relation d’écoute. Être au clair avec son propre mode de fonctionnement avant de s’engager en tant que praticien.

Bannir les projections. Accompagner l’écouté vers la réconciliation avec ce qu’il a mis en œuvre jusqu’à présent dans le processus de survie pour lui permettre de conscientiser progressivement et gagner en libre arbitre. Accepter la lenteur de l’assimilation, de la digestion. Chaque petit pas aussi subtil soit-il est déjà un « autrement ». C’est valable pour soi et pour l’autre.
La Logique Émotionnelle est une méthodologie concrète, efficace, pragmatique, utile au niveau individuel, social et collectif. Elle a une visée humaniste et responsabilisante.

Chacun est responsable de la façon dont il perçoit le monde à l’extérieur de lui, de la sensation éprouvée qui lui est propre face au stimulus déclencheur, de la solution qui s’impose en réponse à sa sensation douloureuse de manque qui vient nourrir un besoin vital en urgence. Comprendre, goûter, savourer ce processus affranchit des automatismes mentaux. À laisser infuser…
Merci pour ces deux années de transmission, d’accueil, de restitution, de respect et d’accompagnement dans notre développement personnel, par rapport à nos questions, nos tâtonnements, nos erreurs, nos balbutiements, notre acceptation de qui nous sommes comme nous sommes, petits, vulnérables et infiniment capables.

Claire

Ma bible des émotions

De Catherine Aimelet-Périssol et Aurore Aimelet
(Leducs, 2019)

Nous ne pouvons vivre sans émotions.
Pas simplement parce qu’elles colorent la vie de joie, de peur, de colère ou de tristesse, mais parce qu’elles sont vitales.
Elles sont nos guides, nos alliées, et veillent sur la satisfaction de nos besoins.
Autant dire la préservation de notre existence ! Alors, ne tombons plus dans le piège qui consiste à les refouler, les nier ou les contrôler.

Comment accueillir nos émotions ?

Comment les reconnaître, les comprendre et faire bon usage de leur messages et ainsi éviter qu’elles nous submerge ?

La pression pour être zen, n’est-ce pas un comble ?

Des hauts et des bas

Au fil des entretiens d’écoute, mais aussi en lisant la presse ou en partageant tout simplement un diner entre amis, je m’interroge, voire je m’inquiète.

Ne savons-nous plus tolérer les bas, les creux de vie, les manques, les failles, les échecs ?

Ne sommes-nous plus que des individus seuls et contraints de réussir leur vie, de n’avoir que des hauts, d’avoir une croissance sans fin ?

Faut-il douter de soi et aller voir un psy dès qu’apparaissent un souci, une épreuve chez soi, chez son conjoint ou ses enfants ? 


Dans un échange avec un journaliste à propos du burn out dans le milieu des jeunes artistes, nous en venions à évoquer le phénomène de harcèlement. Pour mettre en évidence que, si le harcèlement social et comportemental existe bel et bien dans tous les groupes : familles, écoles, entreprises, associations- c’est aujourd’hui, en plus, à un auto- harcèlement que nous assistons.


Une sur-exigence de moi vis-à-vis de moi qui devrait être plus, mieux dans sa peau, dans son job, dans son métier de parent, dans sa vie en collectivité… Jusqu’à l’effondrement.


Notre système émotionnel, dans son intelligence à veiller sur l’équilibre homéostasique, n’a alors plus que cette solution pour nous avertir de la dangerosité de faire dépendre notre existence d’une image idéalisée de soi, une image revisitée par ce que nous pensons que nous devons faire, être et donner pour avoir une place dans notre société.

Cet auto-harcèlement est sournois : nous avons bien compris qu’il ne faut pas attendre des autres de la reconnaissance, tous les journaux nous le rabâchent…
Mais nous n’avions pas prévu que c’est nous-mêmes qui nous infligerions cette pression, jusqu’à nous demander de gérer nos émotions et de ne se mettre aucune pression !

La pression pour être zen, n’est-ce pas un comble ?


Pression qui va devoir bien sûr trouver un exutoire, les autres : celui qui nous empêche ou nous blesse, les migrants, les politiciens, les voisins, les psys, ceux qui nous mentent, qui ne comprennent rien !
On rêve d’une vie tranquille, calme, en sécurité, sans vague.

Une vie sans tout ça, c’est-à-dire sans trouble, sans bas.

Mais est-ce une vie ?

N’est-ce pas plutôt une image de vie, idéalement débarrassée d’émotions, de vibrations, de doutes, d’épreuves ?
La connaissance du langage émotionnel nous donne à voir combien cette pression à vouloir être soulagé de ces hauts et de ces bas qui constituent la vie même augmente de façon exponentielle le niveau de stress, de ressentis douloureux, de ressentiments jusqu’aux pathologies dites psychosomatiques.

C’est dans notre système nerveux lui-même que ce langage -cette logique- est inscrit.

 
Nous existons imprégnés de nos systèmes de survie, ceux qui, naturellement, se sont écrits dans notre corps lors de nos toutes premières années.

Ceci est normal.

Ce qui épuise notre esprit puis nos corps, c’est de méconnaitre ce système à l’œuvre. De le renier, le juger, ou à défaut le subir. C’est de rester sourd à ce langage vital et de se croire le pouvoir de le contrôler.
Notre corps esprit est comme notre planète bleue : il demande à être soulagé d’un abus de croissance forcenée qui consiste à piller ses ressources pour se sentir plus vivant que vivant.

Merci Coluche ! Vous vous souvenez de la lessive qui lave plus blanc que blanc ? Cela nous faisait rire parce que nous faisons pareil !


La terre peut devenir écologique quand nous deviendrons nous-même des êtres écologiques plus qu’économiques. A nous de voir.


Je vous souhaite de belles fêtes chaleureuses, riches en hauts et bas, vibrantes et coopératives !

Catherine Aimelet Perissol

A quoi servent les émotions ?

Un matin de ce mois de novembre, Lucie, la petite fille de 4 ans d’une amie, m’interpelle :

- « Depuis que grand père est parti au ciel, maman est triste. Elle me dit que c’est normal parce que papy lui manque. C’est comme quand j’ai perdu mon doudou, il me manque et je suis triste aussi. Mais cela ne fait pas revenir Papy ni doudou. Alors à quoi ça sert d’être triste ? »

- « C’est comme de la couleur sur un dessin, ça sert à mieux voir ce que tu as dessiné et là, ça sert à mieux voir ce qui se passe à l’intérieur de toi quand tu veux que doudou soit là, avec toi alors qu’il est ailleurs mais que tu ne sais pas où. La tristesse, comme la peur ou la colère ou encore la joie, c’est de la couleur. Ce n’est pas fait pour faire revenir doudou, mais ça dit quelque chose d’important de toi qui aime doudou. Parce qu’avec doudou tu te sentais joyeuse ?

- « Oui, comme avec Papy »

Les émotions colorent nos vies mais notre culture tend à les proposer en monochrome : tous heureux, tous positifs, tous capables de rebondir en cas de peine, tous capables de rester zen et sans colère et sans peur ! Toutes sortes de discours nous donnent à penser notre vie comme ratée si nous ne sommes pas en pouvoir de gérer notre existence comme notre compte en banque.

Quel arbitraire ! Quelle violence faite à notre nature !

Les émotions sont l’expression même de la vie, toutes les émotions. Elles sont nous.

Nous sommes un corps et un esprit, unifié par notre nature écologique. En partie animal, en partie humain. Quand l’une nous presse à agir pour sauver notre peau dans l’urgence d’une situation, l’autre tend à relativiser l’expérience, à la mettre en relation avec d’autres points de vue.

Nous sommes naturellement informés par ces deux modes d’être vivants, dans la réalité de la situation comme dans sa mise en relation avec nos expériences passées et nos projections sur le futur.

Ce n’est pas là un problème, mais cela peut le devenir quand nous posons notre attention, que ce soit en conscience ou hors conscience sur l’une OU l’autre de ces parties. Quand, via sa mémoire, le corps impose sa loi de survie dans des situations qui, selon l’esprit, n’ont rien de vital ; ou bien quand l’esprit, via sa réflexion et les filtres mentaux de perception, prétend tout contrôler, tout gérer, même les émotions. Jusqu’à prétendre que la réalité ne serait que psychique.

Notre unité est alors déséquilibrée, notre boussole s’affole et impose un équilibre via nos systèmes défensifs les plus archaïques pour que l’homéostasie soit rétablie.

Nous évitons de regarder la réalité, nous luttons contre elle, nous la subissons et nous replions sur nous-même. Nous survivons, quitte à nous épuiser. Et puis nous idéalisons le bonheur et la joie comme une panacée qui nous soulagerait de nos tensions, de nos peurs et nos peines. Sans voir que cette idéalisation est encore un rêve pour contrôler nos mouvements de vie.

Mais comment poser une attention qui accorde ces parties de nous indissociables ? Comment la connaissance du processus émotionnel peut-elle favoriser cette alliance pour qu’enfin nous devenions humains de corps-esprit ? Ralentir, observer le mouvement de vie à partir de l’élan vital qui anime chacune de nos cellules, nommer l’expérience corporelle et la mettre en rapport avec nos habitudes mentales et comportementales et bien d’autres expériences pédagogiques permettent d’acquérir cette connaissance.

Ce travail est la porte de la liberté !

Non pas la liberté idéalisée et conceptuelle qui consisterait à être débarrassé de tout cadre, toute entrave et de toute peine.

Mais la liberté vivante qui consiste à chercher comment agir dans le respect de son désir d’existence, dans la situation complexe dans laquelle nous existons et en lien avec les autres qu’inspire le même désir.

Venez nous rejoindre et apprendre ce langage de vie. 

Catherine Aimelet Périssol

Une rentrée ouverte sur le possible …

C’est la rentrée. Le petit Robert nous dit que ce mot vient de Préau, petit pré, enclos, pour perdre son sens d’origine et se transformer en cours intérieure, cloitre, prison, hôpital. Le mot évoque aussi un retour. Après la liberté des vacances, ce mot évoquerait-il un retour à une vie plus encadrée, avec des horaires et de nouveaux défis à relever ? Avec confiance en soi requise ?

C’est l’été, je bois un café sur ma chaise longue en regardant alentour. Une famille est là, avec son dernier né. Papa le tient sous les aisselles pour faire quelques pas, maman en face à quelques mètres. « Viens mon bébé » lui dit-elle. Papa le lâche et vaillamment le petit s’élance vers elle en faisant quelques pas. Maman recule, le petit s’étonne, ouvre grand les yeux, vacille puis tombe sur les fesses. Heureusement, la couche amortit la chute ! Une grimace pointe sur son visage, il semble qu’il va pleurer. Mais maman s’extasie « oh c’est bien mon Sacha, tu deviens grand. Viens voir maman mon cœur ». Et joignant le geste à la parole, elle lui ouvre grand les bras qu’elle tend vers lui. Un sourire se dessine sur le visage du petit, puis un grand rire. Il plante les deux mains au sol, relève ses fesses, puis lâche le sol et se relève tout entier. A nouveau il avance, papa l’encourage « vas-y, c’est bien, tu es presque arrivé ». Il continue en riant, tout tendu vers son but, les bras de maman. Il accélère, un peu château branlant, manque de tomber, mais les bras de maman l’accueillent et le soulèvent. Papa les rejoint, tous trois sourient et rient. Le jeu se répètera plusieurs fois.

Nous avons tous été ce bébé, confiant en nos capacités, inconscient des risques, juste prêt à les prendre. Que s’est dit-il donc passé pour qu’au fur et à mesure que nous grandissions, la confiance devienne une injonction plutôt qu’une ouverture sur le possible ? Qu’avons-nous ajouté qui nous rend si hésitant, doutant de nous ? Certes il y a la référence au connu. Nous emmagasinons dans notre système nerveux le résultat de nos expériences comme satisfaisant ou non satisfaisant. Mais est-ce tout ?

La Logique émotionnelle nous dit que la confiance en soi est structurelle, ontologique. Le corps s’appuie sur ses propres forces pour rétablir l’équilibre perdu, c’est le propre de l’homéostasie.  Ainsi donc, structurellement, nous ne pouvons pas ne pas avoir confiance en soi.

Alors quoi ? D’où nous vient cette idée d’un manque de confiance en soi ? D’une idée justement, voire d’un idéal. L’idéal de toujours réussir, d’être toujours satisfait. Nous avons donc ajouté un « toujours » à la formule avoir confiance en soi. Ce qui n’est plus du tout la même chose : avoir toujours confiance en soi. Il est logique qu’à force de vouloir toujours la réussite, nous finissions par craindre l’échec.

Comment retrouver notre enthousiasme pour oser s’élancer ? Car nous avons tous osé, quelles que soient les circonstances, puisque nous savons tous marcher. Nous avons appris tant de choses déjà. Nous avons osé l’échec, plus ou moins consciemment, plus ou moins consentant. Cela a été plus ou moins facile… et possible.

La sécurité intérieure est un savant mélange entre ses ressources structurelles et le rapport à l’environnement. Mais plus nous regardons l’extérieur comme source de danger et d’imprévus, moins nous regardons nos ressources pour atteindre nos objectifs. Car il ne s’agit pas de se détourner de notre désir de réussite, mais bien de considérer le possible qui s’offre à nous. Cela demande d’oser le risque et une bonne dose de persévérance. Comme ce petit que nous avons été, nous sommes tombés, nous sommes relevés, tombés encore, et au fur et à mesure nos muscles se sont affermis, nos jambes nous ont portées, et aujourd’hui nous marchons sans nous poser de questions.

Nous pouvons voir la rentrée comme un retour vers le connu, ou bien comme une voie ouverte devant soi pour de nouvelles expériences avec la base solide de nos ressources, nos compétences et notre potentiel à dé-couvrir.

Nous vous souhaitons bonne route.

Sylvie Alexandre Rochette

Toxiques. Ces amis qui ne font pas du bien

L’amitié est un lien précieux fait d’affection et d’une fine compréhension mutuelle. Pourtant, parfois la relation se fausse et alors l’amitié nous étouffe.
Léa était ma meilleure et presque ma seule amie, raconte Carole.
« Pourtant le jour où je lui ai annoncé que j’allais me marier en novembre. Elle m’a répondu froidement : “tu voulais être sûre d’avoir un sale temps ? ‘Cela a gâché ma joie, puis j’ai réalisé qu’avec elle, c’était
toujours comme cela et que, peut-être, ce n’était pas normal » …

Lire la suite en téléchargeant le fichier PDF : Toxiques.pdf

Télécharger

Un trajet en train, la LE en voyage …

Savoir, est-ce que ça suffit ?

Un trajet d’une heure en train. Je sors mon ordinateur et poursuis l’écriture d’une présentation de la logique émotionnelle auprès de soignants. Le monsieur à ma droite semble plongé dans sa musique, casque aux oreilles. Le temps passe. Il « débranche » et m’adresse la parole.

« Excusez-moi, je sais que ça ne se fait pas, mais je lis ce que vous écrivez et je trouve ça très intéressant. Vous devez être psy et vous parlez des émotions ? »

Je lui confirme en souriant. Il poursuit et se lance dans les confidences.

Moi, je suis une boule d’émotions, j’ai honte de moi, mais je n’y peux rien. Mon amie, ça la fatigue. Je reprends le travail demain et rien que d’y penser, j’ai mal au ventre. C’est pas normal.

La conversation est engagée. Je sens bien passer la tentation de faire de la thérapie “sauvage” pour aider ce jeune homme. Il a moins de trente ans, mais son visage est triste quand il parle de lui. Il décrit avec des mots de tous les jours ses maux de tous les jours ! Une expérience quotidienne qu’il nomme stress, comme tout le monde, qui est devenu maladie fonctionnelle selon son médecin. Il lui a proposé un traitement pour lutter contre l’anxiété.

Avant que je ne fasse un ulcère d’estomac selon lui. Mais j’ai pas envie d’en prendre, des amis me disent que ça chamboule la tête. Mais bon, peut-être que je vais être bien obligé ! Mon boss me fait peur. Il peut me virer de la boite quand il veut si je ne rentre pas dans ses attentes. On n’existe pas pour lui. Je travaille dans la maintenance en digital. Alors je ronge mon frein. Je devrais pas, mais certains jours, j’ai envie de claquer la porte après lui avoir mis mon poing sur… enfin, vous voyez ce que je veux dire.

J’imagine bien en effet la fuite empêchée et la colère rentrée du repli sur soi, véritable bombe à retardement dans un organisme sain, animé d’un besoin naturel d’existence, de sécurité, d’identité et de sens.

Mais ça, c’est pas possible. J’ai besoin de ce job. C’est dur. J’ai pas les codes. C’est pour ça que j’ai mal au ventre et que j’ai trop d’émotions. Tout le monde me dit que je devrais être moins stressé, plus cool et même faire de la méditation ! Foutaises ! C’est sur ça que vous écrivez ? 

J’aimerais lui dire que, pour prendre sa place dans cette situation, si banale malheureusement, le chemin consisterait déjà à faire face à la logique de ses émotions, à leur bon sens. Qu’il peut apprendre à faire face à son propre système de défense pour pouvoir faire face, un jour, à son patron. Que le problème n’est pas sa peur du boss, mais l’ignorance de son propre désir d’avoir une place, dans la dignité. Que son esprit lui joue des tours quand il s’évade vers les souvenirs du passé ou vers des croyances et des évidences avant de se projeter dans un futur irréaliste. Que les mots servent d’abord à reconnaitre ce qui est là, au présent dans l’expérience d’un corps vivant, naturellement légitime.

Une toute petite heure, c’est bien peu pour lui donner tout ça à entendre, d’autant qu’il n’en demande pas tant. Écouter, ça ne suffit pas, mais c’est déjà ça. J’ai fermé l’ordinateur et continué à résonner sur ses mots, joué de quelques notes d’humour sur ledit boss, sur ces médecins qui ne trouvent pas mieux pour vous aider que donner antistress en pilules. Pour mieux fermer votre bouche comme une tétine selon mon voisin. Il prend soin de ne pas choquer les oreilles de la dame un peu âgée que je suis. Nous nous quittons sur le quai.

Merci de votre écoute me dit-il.

Je lui ai donné le nom d’un livre sur la LE.

Puissent ses mots lui transmettre un savoir nécessaire sur le bon sens des émotions !

Catherine Aimelet-Périssol

Le clin d’œil de l’été

Alors, prêts pour apprécier les délices de l’été, pour des vacances bénéfiques, pour profiter de temps à 2, en famille ou seul enfin ? Vous en rêvez ? Mais la coupure estivale, calée entre les 11 mois de charge mentale entre travail et soucis quotidiens, et celle des 11 mois du retour suffit-elle à répondre à notre attente de bien-être et de ressourcement ?


En termes de biologie, suffit-elle à activer le circuit de la récompense, promesse de joie, de partage, d’accord et de bonheur ? Regardons ça de plus près.


Cette pause annuelle est née de la nécessité de rassembler hommes, femmes et enfants autour des moissons, garantie de sécurité alimentaire pour la collectivité : tous les bras sont recrutés, chacun laisse ses travaux pour participer, écoliers comme artisans. Le circuit récompense s’activait en agissant pour remplir une tâche et les greniers. C’est l’époque où l’activité des hommes était encore calée sur le rythme de la nature : une alternance de période de croissance, yang — printemps et été — et donc d’activités et de période de préservation, yin — automne et hiver et donc de repos.


Et aujourd’hui ? L’homme industriel du milieu du XIX  ème siècle a inversé cette loi naturelle pour s’activer toute l’année et faire une pause l’été. Alors comment activons-nous le circuit de la récompense ? Cesser d’agir, ne « rien » faire enfin n’est-il pas contraire au bon sens du système nerveux ? Si la société s’est organisée pour déléguer aux agriculteurs et éleveurs cette fonction essentielle de notre vie et survie, nous n’en sommes pas moins responsables de la façon dont nous répondons à ce temps. Qui est offert aux salariés et aux enfants et que s’offrent les autres, tant le besoin se fait sentir de vivre autre chose. Mais quoi plus précisément ?


Qu’est-ce que la logique émotionnelle peut nous révéler à ce sujet ?


Si nous nous inspirons de la grille de lecture du processus émotionnel, toute action tend à satisfaire naturellement, par automatisme et par apprentissage, le besoin d’existence non conscient et étendu en désir conscient. D’où les semailles, moissons, vendanges et autres récoltes en lien avec la vie. Ainsi, plutôt que de cesser de faire ce que nous faisons d’habitude tout au long de l’année, cette période peut être l’occasion de faire quelque chose qui va aussi satisfaire ce même besoin-désir. La question serait alors… cette année, quelle est l’action, voire l’effort, qui va satisfaire mon désir d’existence ?


Aie, j’ai écrit le mot qui vous semble peut-être incompatible avec les vacances… L’effort !
Car au regard de la biologie, au regard du sens du vivant, l’effort n’est pas de reproduire chaque jour les mêmes comportements (n’est-ce pas ce que nous faisons en reprenant les mêmes routes mentales et comportementales, automatisées et rassurantes jour après jour ?), mais de produire du neuf. D’apprendre, c’est-à-dire de prendre et d’amener à soi (le sens du préfixe « ap ») ce que nous découvrons et allons faire nôtre. Car l’effort a vocation de fortifier l’être. Et l’apprentissage est le pendant actif et conscient de nos réactions automatiques : leur point commun est de répondre au même besoin d’être, au même désir d’exister. Quand les réactions automatiques, inscrites dans notre patrimoine génétique sous la forme de la fuite (j’évite), de la lutte (je maitrise), du repli (je m’efface) ou de la captation (je consomme), l’apprentissage est la réponse au désir plus conscient d’avoir de quoi satisfaire notre sécurité, notre identité, notre accomplissement et notre plaisir.


Alors ces vacances ? Qu’allez-vous apprendre de neuf ? Car moins nous apprenons, moins nous mobilisons avec effort nos ressources, plus nous encourons le risque de reproduire les schémas de nos automatismes, de nos habitudes plus ou moins défensives. Et moins nous sommes capables de répondre aux nouveaux enjeux, ceux de la rentrée et… ceux liés aux bouleversements que nous avons en partie générés par habitude et négligence de ce qu’est réellement la vie.


Il nous faut apprendre pour devenirs mieux humains. Coûte que coûte. A commencer par apprendre comment fonctionne notre système nerveux, celui avec lequel nous existons dans notre monde, le monde intérieur et le monde extérieur dont nous sommes une partie. Cette connaissance est le pilier de notre capacité à agir avec cœur et intelligence plutôt que de réagir comme à l’accoutumée, pressé par le surgissement de l’événement.


Bel été à vous ! Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer pour apprendre ensemble

Catherine Aimelet-Perissol

Oser l’incertitude

« J’ai renoncé à passer ce concours parce j’avais peur de l’oral »
« Cette fille me plaît mais je vais me faire rembarrer »
« Je rêve de changer de métier mais c’est trop compliqué »
Non ! ce n’est pas dans ce sens-là que cela fonctionne !!!

Ce n’est pas la peur qui nous motive ou nous retient, c’est le désir : le désir d’avoir … de la solidité, du succès, du confort, de la paix. C’est le désir, impératif biologique, qui guide nos actions et nos pensées, quasi automatiquement, ancré dans des expériences dont nous n’avons parfois plus souvenir ! Devenues habitudes, ces actions et pensées entretiennent nos ressentis d’angoisse, d’abandon, d’exclusion, de jalousie, d’épuisement… Et quand la réalité n’est pas à la hauteur de notre désir idéalisé, nous avons la certitude d’avoir échoué. Pire, lorsque nous disons de nous que  » nous n’avons pas le choix », « que nous sommes constitués ainsi, que nous sommes sanguins ou susceptibles », nous tournons en boucle en nous persuadant que nous n’avons pas d’autres possibilités…Pourtant si, il existe un autre chemin.
Celui de prendre conscience de son désir et de s’y (re)connecter. C’est lui le point de départ : il est l’élan vital qui nous met en mouvement et nous fait agir ou réagir. Pour satisfaire mon désir de sûreté (par exemple financière), je renonce à changer de métier : je me sens ainsi plus en sûreté… mais également frustré. Si j’ose regarder « pour quoi » je renonce ou, autrement dit, « à quel désir » je réponds en renonçant, je peux alors envisager d’autres façons de répondre à ce désir de sûreté (ancré en moi et qui ne me lâchera pas), plus justes pour moi et pour les autres avec lesquels je suis en interaction.

Oser l’inconnu grâce à la lecture biologique de l’émotion
Comme nous sommes des êtres de mémoire, nous nous référons à ce que nous connaissons, à commencer par ce que notre corps a éprouvé et qui est demeuré comme une marque inscrite au plus profond de nous. Une marque qui désigne la nature de notre désir, de notre élan vital, au point de répéter, bien malgré nous, les mêmes comportements, les mêmes propos. Mais, s’ils ont été utiles dans le passé pour tenir debout dans la tempête, ils ne sont plus nécessairement adaptés à la situation d’aujourd’hui. A force de les utiliser, nous nous enfermons dans un seul modèle mental, alors que nous avons en nous un potentiel extraordinaire de ressources à explorer. Mais nous l’ignorons.
« Risquons la vie » écrivait la philosophe Anne Dufourmantelle, « en étant entièrement présent et vivant à ce qui est ». La vie est un risque et c’est à nous d’oser risquer la vie, d’oser sortir du connu : c’est-à-dire quitter sa zone de confort pour s’aventurer sur d’autres voies pour satisfaire le même désir d’existence.
Osons nous demander, dans la situation que nous vivons actuellement, quel élan vital ou désir nous anime. Et interrogeons-nous sur ce que nous pouvons faire, sur les choix que nous avons. Si je travaille dans une banque et que je rêve de peindre, plutôt que de me dire que c’est irréalisable car je ne pourrai pas vivre de ma peinture, je peux risquer un petit pas : aménager chez moi un espace dédié à la peinture, prendre des cours, dire à mes amis que je peins, leur montrer ce que je fais… J’ouvre ainsi le champ des possibles. Pour autant, est-ce certain à 100% que je vais réussir à vivre de ma peinture ? Non, et ce n’est pas cela l’important, mais le mouvement que je fais pour répondre à mon désir. Car la vie est mouvement. J’ose prendre le risque d’échouer, de déplaire, de dire non. Mais aussi de réussir, de plaire, de dire oui. C’est une rencontre avec moi-même, qui me permet de me sentir plus vivant, d’être plus en alliance avec mon être intime, en étant plus ouvert à moi-même et aux autres, et non plus fermé, dans une pulsion de protection et de maîtrise coûte que coûte. Oser être le sujet de mon désir, c’est gagner en libre-arbitre.
Et vous, quel est votre désir profond ?
Pour le réaliser… quel risque oserez-vous prendre aujourd’hui ?

Véronique Boillot – Psychopraticien