Le clin d’œil 2019


Un trajet en train, la LE en voyage …

Septembre 2019


Savoir, est-ce que ça suffit ?


Un trajet d’une heure en train. Je sors mon ordinateur et poursuis l’écriture d’une présentation de la logique émotionnelle auprès de soignants. Le monsieur à ma droite semble plongé dans sa musique, casque aux oreilles. Le temps passe. Il « débranche » et m’adresse la parole.


« Excusez-moi, je sais que ça ne se fait pas, mais je lis ce que vous écrivez et je trouve ça très intéressant. Vous devez être psy et vous parlez des émotions ? »

 

Je lui confirme en souriant. Il poursuit et se lance dans les confidences.


Moi, je suis une boule d’émotions, j’ai honte de moi, mais je n’y peux rien. Mon amie, ça la fatigue. Je reprends le travail demain et rien que d’y penser, j’ai mal au ventre. C’est pas normal.


La conversation est engagée. Je sens bien passer la tentation de faire de la thérapie “sauvage” pour aider ce jeune homme. Il a moins de trente ans, mais son visage est triste quand il parle de lui. Il décrit avec des mots de tous les jours ses maux de tous les jours ! Une expérience quotidienne qu’il nomme stress, comme tout le monde, qui est devenu maladie fonctionnelle selon son médecin. Il lui a proposé un traitement pour lutter contre l’anxiété.


Avant que je ne fasse un ulcère d’estomac selon lui. Mais j’ai pas envie d’en prendre, des amis me disent que ça chamboule la tête. Mais bon, peut-être que je vais être bien obligé ! Mon boss me fait peur. Il peut me virer de la boite quand il veut si je ne rentre pas dans ses attentes. On n’existe pas pour lui. Je travaille dans la maintenance en digital. Alors je ronge mon frein. Je devrais pas, mais certains jours, j’ai envie de claquer la porte après lui avoir mis mon poing sur… enfin, vous voyez ce que je veux dire.


J’imagine bien en effet la fuite empêchée et la colère rentrée du repli sur soi, véritable bombe à retardement dans un organisme sain, animé d’un besoin naturel d’existence, de sécurité, d’identité et de sens.


Mais ça, c’est pas possible. J’ai besoin de ce job. C’est dur. J’ai pas les codes. C’est pour ça que j’ai mal au ventre et que j’ai trop d’émotions. Tout le monde me dit que je devrais être moins stressé, plus cool et même faire de la méditation ! Foutaises ! C’est sur ça que vous écrivez ? 


J’aimerais lui dire que, pour prendre sa place dans cette situation, si banale malheureusement, le chemin consisterait déjà à faire face à la logique de ses émotions, à leur bon sens. Qu’il peut apprendre à faire face à son propre système de défense pour pouvoir faire face, un jour, à son patron. Que le problème n’est pas sa peur du boss, mais l’ignorance de son propre désir d’avoir une place, dans la dignité. Que son esprit lui joue des tours quand il s’évade vers les souvenirs du passé ou vers des croyances et des évidences avant de se projeter dans un futur irréaliste. Que les mots servent d’abord à reconnaitre ce qui est là, au présent dans l’expérience d’un corps vivant, naturellement légitime.


Une toute petite heure, c’est bien peu pour lui donner tout ça à entendre, d’autant qu’il n’en demande pas tant. Écouter, ça ne suffit pas, mais c’est déjà ça. J’ai fermé l’ordinateur et continué à résonner sur ses mots, joué de quelques notes d’humour sur ledit boss, sur ces médecins qui ne trouvent pas mieux pour vous aider que donner antistress en pilules. Pour mieux fermer votre bouche comme une tétine selon mon voisin. Il prend soin de ne pas choquer les oreilles de la dame un peu âgée que je suis. Nous nous quittons sur le quai.


Merci de votre écoute me dit-il.


Je lui ai donné le nom d’un livre sur la LE.

Puissent ses mots lui transmettre un savoir nécessaire sur le bon sens des émotions !

 

Catherine Aimelet-Périssol


Le clin d’œil de l'été

Juillet 2019


Alors, prêts pour apprécier les délices de l’été, pour des vacances bénéfiques, pour profiter de temps à 2, en famille ou seul enfin ? Vous en rêvez ? Mais la coupure estivale, calée entre les 11 mois de charge mentale entre travail et soucis quotidiens, et celle des 11 mois du retour suffit-elle à répondre à notre attente de bien-être et de ressourcement ?


En termes de biologie, suffit-elle à activer le circuit de la récompense, promesse de joie, de partage, d’accord et de bonheur ? Regardons ça de plus près.


Cette pause annuelle est née de la nécessité de rassembler hommes, femmes et enfants autour des moissons, garantie de sécurité alimentaire pour la collectivité : tous les bras sont recrutés, chacun laisse ses travaux pour participer, écoliers comme artisans. Le circuit récompense s’activait en agissant pour remplir une tâche et les greniers. C’est l’époque où l’activité des hommes était encore calée sur le rythme de la nature : une alternance de période de croissance, yang — printemps et été — et donc d’activités et de période de préservation, yin — automne et hiver et donc de repos.


Et aujourd’hui ? L’homme industriel du milieu du XIX  ème siècle a inversé cette loi naturelle pour s’activer toute l’année et faire une pause l’été. Alors comment activons-nous le circuit de la récompense ? Cesser d’agir, ne « rien » faire enfin n’est-il pas contraire au bon sens du système nerveux ? Si la société s’est organisée pour déléguer aux agriculteurs et éleveurs cette fonction essentielle de notre vie et survie, nous n’en sommes pas moins responsables de la façon dont nous répondons à ce temps. Qui est offert aux salariés et aux enfants et que s’offrent les autres, tant le besoin se fait sentir de vivre autre chose. Mais quoi plus précisément ?


Qu’est-ce que la logique émotionnelle peut nous révéler à ce sujet ?


Si nous nous inspirons de la grille de lecture du processus émotionnel, toute action tend à satisfaire naturellement, par automatisme et par apprentissage, le besoin d’existence non conscient et étendu en désir conscient. D’où les semailles, moissons, vendanges et autres récoltes en lien avec la vie. Ainsi, plutôt que de cesser de faire ce que nous faisons d’habitude tout au long de l’année, cette période peut être l’occasion de faire quelque chose qui va aussi satisfaire ce même besoin-désir. La question serait alors… cette année, quelle est l’action, voire l’effort, qui va satisfaire mon désir d’existence ?


Aie, j’ai écrit le mot qui vous semble peut-être incompatible avec les vacances… L’effort !
Car au regard de la biologie, au regard du sens du vivant, l’effort n’est pas de reproduire chaque jour les mêmes comportements (n’est-ce pas ce que nous faisons en reprenant les mêmes routes mentales et comportementales, automatisées et rassurantes jour après jour ?), mais de produire du neuf. D’apprendre, c’est-à-dire de prendre et d’amener à soi (le sens du préfixe « ap ») ce que nous découvrons et allons faire nôtre. Car l’effort a vocation de fortifier l’être. Et l’apprentissage est le pendant actif et conscient de nos réactions automatiques : leur point commun est de répondre au même besoin d’être, au même désir d’exister. Quand les réactions automatiques, inscrites dans notre patrimoine génétique sous la forme de la fuite (j’évite), de la lutte (je maitrise), du repli (je m’efface) ou de la captation (je consomme), l’apprentissage est la réponse au désir plus conscient d’avoir de quoi satisfaire notre sécurité, notre identité, notre accomplissement et notre plaisir.


Alors ces vacances ? Qu’allez-vous apprendre de neuf ? Car moins nous apprenons, moins nous mobilisons avec effort nos ressources, plus nous encourons le risque de reproduire les schémas de nos automatismes, de nos habitudes plus ou moins défensives. Et moins nous sommes capables de répondre aux nouveaux enjeux, ceux de la rentrée et… ceux liés aux bouleversements que nous avons en partie générés par habitude et négligence de ce qu’est réellement la vie.


Il nous faut apprendre pour devenirs mieux humains. Coûte que coûte. A commencer par apprendre comment fonctionne notre système nerveux, celui avec lequel nous existons dans notre monde, le monde intérieur et le monde extérieur dont nous sommes une partie. Cette connaissance est le pilier de notre capacité à agir avec cœur et intelligence plutôt que de réagir comme à l’accoutumée, pressé par le surgissement de l’événement.


Bel été à vous ! Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer pour apprendre ensemble

 

Catherine Aimelet-Perissol


Oser l'incertitude

Juin 2019


"J'ai renoncé à passer ce concours parce j'avais peur de l'oral"
"Cette fille me plaît mais je vais me faire rembarrer"
"Je rêve de changer de métier mais c'est trop compliqué"

Non ! ce n'est pas dans ce sens-là que cela fonctionne !!!

Ce n'est pas la peur qui nous motive ou nous retient, c'est le désir : le désir d'avoir ... de la solidité, du succès, du confort, de la paix. C'est le désir, impératif biologique, qui guide nos actions et nos pensées, quasi automatiquement, ancré dans des expériences dont nous n’avons parfois plus souvenir ! Devenues habitudes, ces actions et pensées entretiennent nos ressentis d'angoisse, d'abandon, d'exclusion, de jalousie, d'épuisement... Et quand la réalité n’est pas à la hauteur de notre désir idéalisé, nous avons la certitude d’avoir échoué. Pire, lorsque nous disons de nous que " nous n'avons pas le choix", "que nous sommes constitués ainsi, que nous sommes sanguins ou susceptibles", nous tournons en boucle en nous persuadant que nous n'avons pas d'autres possibilités...
Pourtant si, il existe un autre chemin.
 Celui de prendre conscience de son désir et de s'y (re)connecter. C'est lui le point de départ : il est l'élan vital qui nous met en mouvement et nous fait agir ou réagir. Pour satisfaire mon désir de sûreté (par exemple financière), je renonce à changer de métier : je me sens ainsi plus en sûreté... mais également frustré. Si j'ose regarder "pour quoi" je renonce ou, autrement dit, "à quel désir" je réponds en renonçant, je peux alors envisager d'autres façons de répondre à ce désir de sûreté (ancré en moi et qui ne me lâchera pas), plus justes pour moi et pour les autres avec lesquels je suis en interaction.

Oser l'inconnu grâce à la lecture biologique de l'émotion
Comme nous sommes des êtres de mémoire, nous nous référons à ce que nous connaissons, à commencer par ce que notre corps a éprouvé et qui est demeuré comme une marque inscrite au plus profond de nous. Une marque qui désigne la nature de notre désir, de notre élan vital, au point de répéter, bien malgré nous, les mêmes comportements, les mêmes propos. Mais, s'ils ont été utiles dans le passé pour tenir debout dans la tempête, ils ne sont plus nécessairement adaptés à la situation d'aujourd'hui. A force de les utiliser, nous nous enfermons dans un seul modèle mental, alors que nous avons en nous un potentiel extraordinaire de ressources à explorer. Mais nous l'ignorons.
"Risquons la vie" écrivait la philosophe Anne Dufourmantelle, "en étant entièrement présent et vivant à ce qui est". La vie est un risque et c’est à nous d’oser risquer la vie, d'oser sortir du connu : c'est-à-dire quitter sa zone de confort pour s'aventurer sur d’autres voies pour satisfaire le même désir d’existence.
Osons nous demander, dans la situation que nous vivons actuellement, quel élan vital ou désir nous anime. Et interrogeons-nous sur ce que nous pouvons faire, sur les choix que nous avons. Si je travaille dans une banque et que je rêve de peindre, plutôt que de me dire que c'est irréalisable car je ne pourrai pas vivre de ma peinture, je peux risquer un petit pas : aménager chez moi un espace dédié à la peinture, prendre des cours, dire à mes amis que je peins, leur montrer ce que je fais... J'ouvre ainsi le champ des possibles. Pour autant, est-ce certain à 100% que je vais réussir à vivre de ma peinture ? Non, et ce n'est pas cela l'important, mais le mouvement que je fais pour répondre à mon désir. Car la vie est mouvement. J'ose prendre le risque d'échouer, de déplaire, de dire non. Mais aussi de réussir, de plaire, de dire oui. C'est une rencontre avec moi-même, qui me permet de me sentir plus vivant, d'être plus en alliance avec mon être intime, en étant plus ouvert à moi-même et aux autres, et non plus fermé, dans une pulsion de protection et de maîtrise coûte que coûte. Oser être le sujet de mon désir, c’est gagner en libre-arbitre.

Et vous, quel est votre désir profond ?
Pour le réaliser... quel risque oserez-vous prendre aujourd’hui ?

 

Véronique Boillot - Psychopraticien


Désir(s) mode d'emploi !

Mai 2019

 

Ce matin dans la véranda… nous bavardions Camille et moi à propos du « beau » soleil, source de chaleur et de rayonnement…
Et de là… réchauffée, je lance : et si nous parlions désirs ?
Et si nous aventurions du côté des désirs ?...
Nous baignons dans l’idée du désir, nous sommes environnés d’informations sur le désir, est-ce que tu sais ce que nous entendons par là précisément ?
Un désir de chocolat, un désir de parfum, un désir de vêtement, de smartphone, de voiture ?
Le printemps vient d’arriver et les couvertures de magazine acclament le désir sexuel…
Tous ces appels, ces tentations ne parlent-ils pas de convoitises ?

Vaste question répond Camille, pour moi, il n’y a pas UN désir, il y a tellement de désirs : par exemple le désir de me transformer, d’être un homme nouveau, le désir de faire des achats… hier je suis entré dans un magasin de musique, à gauche je vois des guitares, j’en ai déjà cinq, de tous types, mais pas celle-là, celle qui attire mon regard dans l’instant. Comme une bouffée en moi, je m’élance vers elle, la fait sonner, un son grave, généreux, je suis transporté par une sorte d’élan amoureux que je dois assouvir immédiatement…
Heureusement je me suis arrêté avant de passer en caisse !

Tout domaine où le désir appelle ne me paraît assouvi que temporairement. Avant cet épisode « rencontre avec une guitare » j’étais dans « j’ai mon bon nombre de guitares !! » et pfuit… envolé le « j’ai tout ce qu’il me faut » à la vue de cette nouvelle guitare.

Lorsque le désir est réalisé, il y a comme un effet temporaire, car, par exemple, une fois que tu as acheté le pantalon que tu guettes, et bien, un mois après, tu as encore envie, le désir revient d’un nouveau pantalon ou de quelque chose de nouveau et si tu réalises ton désir... et bien, un vide se fait sentir de nouveau sentir peu de temps après, et cela recommence… ainsi de suite... jusqu’à ce que je sois comblé de nouveau.

Cath :
Et si ce que tu décris était plutôt une forme de réponse aux désirs, plutôt que le désir lui-même ?

Camille :
Je pense que le désir est, avant tout, de me faire plaisir et le plus souvent dans l’instant.
Par exemple ce midi, ayant faim, je me prépare un sandwich avec de délicieux ingrédients choisi un à un... après le repas j’étais bien et satisfait.
Le désir c’est la vie !   Le désir est intimement lié à la vie, il rayonne à 360 : désir d’être reconnu, remarqué pour ma valeur, désir d’être accepté, etc.
Donc en résumé, le désir, c’est désir de plaisir, de satisfaction, de contentement voilà ma définition du désir.

Cath :
Et si le désir était là, en toi, en chacun d’entre nous, telle une quête intime, vitale comme tu le suggères ? Comme la logique émotionnelle nous le précise : un appel à avoir toujours de quoi être ! Comme un élan tissé, construit dans notre corps-esprit :
Après le déjeuner, tu étais content et repu, la même source (le sandwich) répondait à une forme de continuum en toi… avec ce même objet, avec cette même réponse se faisait une extension, un prolongement entre le temps pour le corps nourri par la matière sandwich et le temps pour l’esprit nourri par les délicieux ingrédients, voire même par le plein ressenti à être dans la véranda.

Tout comme « le » beau pantalon, « les » chaussures neuves, voire même « la » guitare semble être des solutions comme des réponses apportées à cet élan vital.
C’est comme si le désir était une énergie désirante qui n’avait qu’un but : nous faire nous sentir vivants, présents et épanouis.
Bien sûr, cela peut paraître plus ou moins fugace, la réponse une fois trouvée paraît s’évaporer, et nous voilà de nouveau à la recherche d’un plaisir, le même ou dans une autre gamme…

Camille :
Que veux-tu dire par « une autre gamme » ?

Cath :
Tout à l’heure, tu parlais plus précisément de reconnaissance, de valeur.
Et bien, le mois dernier, tu étais très affairé à mettre en œuvre le festival de musique, tant côté logistique, que côté répétitions, tout cela était enrichissant pour toi : tu t’es occupé au mieux de la logistique et chaque matin tu répétais pour les concerts.
Après tu as été complimenté par la présidente, applaudi par le public, et bien dans tous ces instants-là, dans ces courts temps-là, ton élan, ta motivation ont permis une forme de retour : tes désirs de reconnaissance, de valeur ont été nourris.
Le désir appelle, il œuvre et te rappelle que dans cet environnement-là (magasin de musique ou déjeuner) ou dans ce monde-là avec les autres (festival), il y est nécessaire et vital d’obtenir de quoi être.

Camille :
Parfois tu évoques la sécurité biologique, est-ce que cela est en lien avec le désir ?

Cath :
Bien sûr ! Notre cerveau, organe essentiel, veille H24 sur notre santé, sur notre vie. Il s’organise, et prend tout ce qui est à conserver ou à faire croître.
Évoquons le désir de sécurité ; chaque soir, tu prends bien soin de verrouiller le portail ainsi que la porte de la véranda.
En vérifiant tous les accès, tu as mis en place une forme de routine devenue solution pour te rassurer et dormir bien, à l’abri d’éventuels intrus.
(Ainsi là, il s’agit du côté conservation de la vie)

Et lorsque tu sors du parking, si un « pinpin » à l’audace de ne pas démarrer assez rapidement au feu, tu grognes, agacé de te retrouver coincé à ce feu et cette crainte parle bien du désir de mouvement. (Et là, il s’agit du côté croissance de ce désir de sécurité)

Et si, une autre fois dans la véranda, en compagnie de la logique de l’émotion, nous allions à la rencontre du mode d’emploi de notre désir afin de sortir de la pression à avoir toujours plus ?

 

Catherine Le Sage - Pschychopraticien


Comprendre pourquoi nous parlons de personnes toxiques

Avril 2019

 

Depuis quelques années a fleuri la thématique des personnes toxiques. Livres et magazines nous conseillent sur les moyens d’éviter, de fuir et de se protéger de ces gens qui – peut-on lire – nous empoisonnent, veulent nous contrôler, nous volent notre temps…

Ma pratique en logique émotionnelle et ma formation en phytothérapie, qui aborde en 3ème année les plantes dites à risques (il faut entendre à risques pour l’homme), me permettent de questionner ce jugement : une plante est dite toxique quand existe une probabilité de subir un préjudice si nous y sommes exposés. Mais où se trouve la toxicité : dans la plante elle-même ou dans l’effet de ladite plante chez celui qui la consomme ? Et dans les relations entre humains, où se trouve la toxicité ? Chez l’autre... ou dans l’effet chez celui qui est en relation avec lui ? Et si les plantes nous aidaient à mieux comprendre la nature… humaine ?

Comment une plante à risques accède-t-elle au statut de plante toxique ? En induisant des symptômes de toxicité aux doses habituelles utilisées en phytothérapie : une plante dite toxique peut avoir un effet tant délétère que bénéfique sur notre santé. Selon la dose. Tout est toxique. Rien n’est toxique. Tout est question de dose disait déjà Paracelse. Dose de certaines substances de la plante… mais aussi capacité du receveur à recevoir cette dose !

Comment la logique émotionnelle peut-elle nous aider à fortifier notre intégrité plutôt que nous focaliser sur la toxicité des autres et nous en méfier ?

Que dosons-nous mal en face de personnes que nous jugeons comme toxiques ? Avant tout, la mesure de notre « je » ! Dans nos habitudes mentales, nous « sous-dosons » la responsabilité du « je » et « sur-dosons » le pouvoir de l’autre.

Quand nous abandonnons-le « je » pour nous répandre en un « tu » ou « il/elle » qui « me » fait ceci ou cela – me presse, m’étouffe, m’empêche, m’oblige, m’humilie… –, nous nous coupons de notre libre arbitre. Nous nous privons de voir ce que nous avons déjà fait dans la situation en face de cet autre. Car en agissant ainsi, nous avons répondu à notre élan de vie... de manière non totalement satisfaisante, soit ! Le ressenti qui en découle et semble nous « polluer », avec la représentation de l’autre comme « toxique », nous alerte pour nous ramener à notre élan vital, et nous invite à reconsidérer nos habitudes mentales et comportementales supposées répondre à notre intégrité, c’est-à-dire à nos désirs de sécurité, d’identité et de sens.   

Nous prenons l’autre en otage et nous voilà nous-mêmes pris au piège de notre émotivité, avec cette habitude langagière. C’est elle qui à la longue devient toxique en renforçant le ressenti, voire le ressentiment, tant vis-à-vis de soi que de l’autre. Peuvent apparaître alors des effets chroniques, c’est le stress, sous forme de maladies psychosomatiques, fonctionnelles puis organiques.

Alors, osons goûter la relation respectueuse, de soi à soi et à l’autre. Prenons le risque de prendre en compte ce qui fait choc dans le comportement et les paroles de l’autre, d’en contacter l’effet dans le corps. Puis, suite à l’adaptation automatique corporelle, remédions en conscience à l’altération de notre bien-être. Pour éviter d’en avoir sa dose, osons dire non, stop, posons des limites, affirmons-nous avec fermeté et sans offenser. Chemin faisant, notre regard sur l’autre évoluera possiblement : un autre, semblable et différent de moi, ni toxique, ni inoffensif d’ailleurs. Qui sait si nous ne le verrons pas comme un risque, au sens d’une « chance » ou d’un « don de la providence » : un autre bénéfique, car en sa présence, nous avons pris soin, en présence, de nous.

Gérald Testé psychopraticien


Écoute-moi ! Écoutez-moi !

Mars 2019

 

Qui n’a pas exprimé avec angoisse, rage ou dépit ces deux mots ! Que ce soit dans l’espace privé d’un couple, d’une relation parents enfants ou dans l’espace professionnel, cette demande d’allure si anodine peut, en réalité, devenir un cri d’urgence! Car être écouté c’est se sentir exister dans la relation. Et ne pas être écouté, c’est, selon la coloration émotionnelle singulière à chacun, se sentir dérouté, vulnérable, rejeté, négligé, ignoré, tout seul.


Être écouté n’est pas un besoin vital ; même Robinson sur son île a survécu. Mais être écouté, c’est recevoir un écho de sa propre existence.
Écouter n’est pas savoir se taire ou répéter comme un magnétophone, pas plus que chercher à comprendre absolument le sens ou encore la psychologie des propos de l’autre. Écouter est bien plus simple et plus difficile que ça : c’est être relié à l’autre jusque dans la résonnance émotionnelle que les mots de l’autre génèrent en nous et jusque dans l’origine existentielle des mots prononcés !


Que nous disent la LE et les neurosciences pour nous aider à vraiment écouter ? 


Que le corps entend avec ses sens avant l’esprit qui comprend. Car notre cerveau corps est d’abord une « caisse de résonnance » avant que notre cerveau esprit habille de sens les mots (ou une partie des mots) entendus.


Écouter, c’est utiliser nos oreilles pour entendre des sons portés par la voix, entendre une vibration et donc une émotion que notre langage s’ingénie à décrire pour mieux en décoder le sens : on parle de voix plate, aigüe, chaude, frêle, grinçante, rude, brisée, d’outre-tombe, morne, guillerette…
La voix est le porte-parole, le haut-parleur de notre état émotionnel. Ne pas être écouté, c’est aggraver la difficulté à exister tel que nous sommes et renforcer la pression à devoir être un quelqu’un qui plairait à l’autre.


Écouter vraiment, c’est résonner avant de raisonner pour donner tout son sens à nos mots et à ceux de l’autre. Alors, quand nous sommes écoutés avec cette résonnance, nous pouvons -enfin- nous sentir vivants face à l’autre. 


Car écouter, c’est considérer que chacun parle non seulement pour être entendu mais aussi pour s'entendre lui-même car nos mots disent quelque chose de notre désir de vitalité, de nos besoins de sécurité, d’identité, de sens et de croissance. En somme, quelque chose de notre « homéostasie biologique, psychique et même culturelle » pour citer le neuroscientifique Antonio Damasio.


Venez apprendre "Comment bien écouter avec la LE ? " lors du prochain séminaire du 22 au 24 mars 2019!

 

Catherine Aimelet-Périssol

Une croyance à haut risque !

Février 2019

 

Nous croyons que la réalité est celle que nos sens perçoivent : la « faute » à la conscience et à son effet miroir qui se fait une image des informations venues de l’extérieur pour agir et conserver, coûte que coûte, l’équilibre intérieur.
De ce regard fixé sur notre seule humanité, nous en avons oublié le lien intime que nous avons avec le niveau d’organisation qui nous englobe, celui de la Terre. Nous nous croyons séparés pour ne voir de ce qui nous entoure qu’un formidable jardin où nous pouvons puiser à l’infini, sans s’occuper si notre comportement a une incidence sur l’équilibre de celui-ci.

Or, un individu, c’est d’abord un organisme vivant, un être qui fait partie d’un Tout et qui répond à la logique du vivant. Depuis la molécule, la cellule, l’organe (rein, foie, cœur...), le système (vasculaire, endocrinien, digestif…) jusqu’à l’individu (unité indivisible organisée).
Et cet individu s'inscrit dans un environnement, il vit dans un espace-temps socio culturel, et dans cet espace il entretient des relations et des échanges : au niveau familial, professionnel, amical, national, jusqu’à l’organisation au niveau mondial de l’espèce humaine.
Mais pas que puisqu’il dépend aussi de la qualité de l’air qu’il respire, de la qualité de l'eau et des aliments qu’il absorbe… Tout individu a besoin d’énergie, énergie qui nous vient des molécules des végétaux via leur travail de photosynthèse. D’où notre lien avec le règne végétal et animal, mais aussi avec les sols et la roche de notre biosphère, et plus loin, le soleil qui rend possible la photosynthèse.

Y porter atteinte, c’est porter atteinte au vivant ! Et au vivant que nous sommes …

Aujourd’hui l’alarme sonne, et sonne de plus en plus fort… nous commençons juste à voir et vivre les désagréments de ce déséquilibre, mais nous avons bien du mal à changer nos habitudes de vie.
On le sait, mais jusque-là…. Ça va !  et nous continuons à chanter « tout va très bien Madame la marquise ».
Et il y a un risque et un coût élevé pour nous individu, et pour tout ce qui nous environne, si nous continuons à croire que nous pouvons agir sur notre environnement et que lui n'agit pas sur nous. Ne serait-il pas temps  de changer certaines de nos habitudes consuméristes ? Nous en avons les moyens et les ressources.

En quoi la Logique Émotionnelle pourrait-elle nous aider à mieux accepter cette réalité ?

En nous donnant à comprendre cette logique du vivant justement, avec les différents niveaux d’organisation de notre structure, qui est d’abord corporelle avec des milliards de cellules qui coopèrent pour maintenir notre structure individuelle vivante. A comprendre pourquoi nous nous sentons submergés par nos émotions jusqu'à en perdre notre latin, pourquoi nous ressentons l'angoisse ou la déprime jusqu'à en perdre la raison, et pour... quoi enfin nous répétons des comportements dont nous aimerions tant nous défaire !

Nous sommes des êtres de mémoire qui répétons les comportements qui ont permis ce maintien par le passé. Cela s'appelle les habitudes. Elles répondent à notre désir de vie, ont leur intelligence, mais à défaut d'y mettre de la conscience, elles s'imposent avec leurs corollaires : l’angoisse et le mal-être, et tout un monde de représentations et de croyances.

Nous vivons dans un monde de défis. Ces systèmes de représentations et de croyances sont des programmes mentaux que nous avons mis en place au fur et à mesure des difficultés rencontrées, qui nous ont été utiles car ils nous ont donné des repères pour garantir notre sécurité, prendre notre place dans le monde, et nous protéger de la souffrance. Ces programmes peuvent aussi devenir nos ennemis et nous enfermer dans nos représentations, bloquer nos mouvements et notre créativité, et qui ne nous évitent même plus d'être submergés et accablés par ces défis.

Lo logique émotionnelle nous invite à repérer nos croyances et nos évidences toutes les fois où nous pensons ne pas pouvoir faire autrement, malgré le coût sur nos vies et nos relations.
Et à chercher d'où me vient cette évidence ? Ai-je agi pour protéger, préserver quelque chose ? Quand nous comprenons le sens de nos actes, nous pouvons alors reconsidérer ceux-ci et voir si nous pouvons faire différemment…
Nous avons beaucoup plus de ressources que ce que nous croyons.

La découverte de notre nature physique nous amène à prendre conscience des différents niveaux de notre être et des relations que nous avons avec toute forme de vie.  Nous pouvons nous ouvrir à cette réalité et élever nos niveaux de conscience.
Cessons d'être soumis au système, emparons-nous de sa connaissance et sa logique pour l'employer à notre bénéfice, qui est aussi celui de notre entourage et notre environnement.
En commençant là où nous avons la main : c'est-à-dire le respect de notre être et sa bio-logique, ainsi nous sommes naturellement amenés à respecter les autres et la nature.

 

Sylvie Alexandre Rochette


Tous mes vœux pour la nouvelle année à toutes et à tous

Janvier 2019

 

Voilà un rituel auquel nous cédons avec joie, comme un bon augure. Santé, réussite, bonheur, projets, rencontres sont appelés à l’aube de cette année nouvelle. Autant de souhaits pour que se déploie la joie dans nos vies et que soient repoussées la peine, la peur ou la colère.


Mais, n’est-ce pas un peu court de se considérer comme de simples consommateurs recevant ces bonheurs comme des cadeaux ?


La compréhension de la logique de nos émotions pourrait-elle nous aider à agir pour que cette année soit — effectivement — bonne pour chacun autrement que par l’évitement des problèmes et des malheurs, par le contrôle de soi, des autres et des situations ou par la discrétion du repli sur soi ?


Ce qui pourrait commencer par rendre notre vie meilleure peut sembler paradoxal : il s’agit de faire corps avec ce qui est là, en nous et autour de nous et d’ouvrir nos sens à la nouveauté… puisque c’est bien elle que nous fêtons ! Et donc à l’inconnu !


Oser regarder et voir, oser écouter et entendre la réalité telle qu’elle se présente à nos sens, à notre corps vivant… quelques centièmes de secondes avant que nos interprétations, nos jugements ne s’emparent de cette expérience pour l’évaluer à l’aune du déjà connu.


Nous laisser surprendre, regarder soi, l’autre, la situation comme inconnue, c’est nous donner l’occasion d’apprivoiser le nouveau de cette année qui débute… et éviter qu’elle ne ressemble aux précédentes.


De la qualité de cette rencontre avec le réel va dépendre l’ensemble de nos actions : est-ce que je vois ce qui est là présent, nouveau ou bien est-ce que je me représente ce que je vois selon ce que j’attends et connais déjà ?  Car, si nous ne pouvons échapper au besoin d’exister, notre cerveau peut nous jouer un tour en privilégiant le connu et l’attendu plutôt que le réel. C’est là que nos émotions s’emballent...

Car ce ne sont pas nos ressentis qui guident nos actions mais bel et bien notre désir.


Pour que confiance et dignité riment avec appétence et courage, pour vivre la vie qui est la nôtre dans une époque chargée de bouleversements présents et à venir, d’enjeux sociétaux et environnementaux, ouvrir nos sens peut nous aider à ouvrir notre cœur.


Faisons ensemble une place à la Nouveauté de l’Année 2019

Catherine Aimelet Périssol