Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

Oser l’incertitude

« J’ai renoncé à passer ce concours parce j’avais peur de l’oral »
« Cette fille me plaît mais je vais me faire rembarrer »
« Je rêve de changer de métier mais c’est trop compliqué »
Non ! ce n’est pas dans ce sens-là que cela fonctionne !!!

Ce n’est pas la peur qui nous motive ou nous retient, c’est le désir : le désir d’avoir … de la solidité, du succès, du confort, de la paix. C’est le désir, impératif biologique, qui guide nos actions et nos pensées, quasi automatiquement, ancré dans des expériences dont nous n’avons parfois plus souvenir ! Devenues habitudes, ces actions et pensées entretiennent nos ressentis d’angoisse, d’abandon, d’exclusion, de jalousie, d’épuisement… Et quand la réalité n’est pas à la hauteur de notre désir idéalisé, nous avons la certitude d’avoir échoué. Pire, lorsque nous disons de nous que  » nous n’avons pas le choix », « que nous sommes constitués ainsi, que nous sommes sanguins ou susceptibles », nous tournons en boucle en nous persuadant que nous n’avons pas d’autres possibilités…Pourtant si, il existe un autre chemin.
Celui de prendre conscience de son désir et de s’y (re)connecter. C’est lui le point de départ : il est l’élan vital qui nous met en mouvement et nous fait agir ou réagir. Pour satisfaire mon désir de sûreté (par exemple financière), je renonce à changer de métier : je me sens ainsi plus en sûreté… mais également frustré. Si j’ose regarder « pour quoi » je renonce ou, autrement dit, « à quel désir » je réponds en renonçant, je peux alors envisager d’autres façons de répondre à ce désir de sûreté (ancré en moi et qui ne me lâchera pas), plus justes pour moi et pour les autres avec lesquels je suis en interaction.

Oser l’inconnu grâce à la lecture biologique de l’émotion
Comme nous sommes des êtres de mémoire, nous nous référons à ce que nous connaissons, à commencer par ce que notre corps a éprouvé et qui est demeuré comme une marque inscrite au plus profond de nous. Une marque qui désigne la nature de notre désir, de notre élan vital, au point de répéter, bien malgré nous, les mêmes comportements, les mêmes propos. Mais, s’ils ont été utiles dans le passé pour tenir debout dans la tempête, ils ne sont plus nécessairement adaptés à la situation d’aujourd’hui. A force de les utiliser, nous nous enfermons dans un seul modèle mental, alors que nous avons en nous un potentiel extraordinaire de ressources à explorer. Mais nous l’ignorons.
« Risquons la vie » écrivait la philosophe Anne Dufourmantelle, « en étant entièrement présent et vivant à ce qui est ». La vie est un risque et c’est à nous d’oser risquer la vie, d’oser sortir du connu : c’est-à-dire quitter sa zone de confort pour s’aventurer sur d’autres voies pour satisfaire le même désir d’existence.
Osons nous demander, dans la situation que nous vivons actuellement, quel élan vital ou désir nous anime. Et interrogeons-nous sur ce que nous pouvons faire, sur les choix que nous avons. Si je travaille dans une banque et que je rêve de peindre, plutôt que de me dire que c’est irréalisable car je ne pourrai pas vivre de ma peinture, je peux risquer un petit pas : aménager chez moi un espace dédié à la peinture, prendre des cours, dire à mes amis que je peins, leur montrer ce que je fais… J’ouvre ainsi le champ des possibles. Pour autant, est-ce certain à 100% que je vais réussir à vivre de ma peinture ? Non, et ce n’est pas cela l’important, mais le mouvement que je fais pour répondre à mon désir. Car la vie est mouvement. J’ose prendre le risque d’échouer, de déplaire, de dire non. Mais aussi de réussir, de plaire, de dire oui. C’est une rencontre avec moi-même, qui me permet de me sentir plus vivant, d’être plus en alliance avec mon être intime, en étant plus ouvert à moi-même et aux autres, et non plus fermé, dans une pulsion de protection et de maîtrise coûte que coûte. Oser être le sujet de mon désir, c’est gagner en libre-arbitre.
Et vous, quel est votre désir profond ?
Pour le réaliser… quel risque oserez-vous prendre aujourd’hui ?

Véronique Boillot – Psychopraticien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *