Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

Un trajet en train, la LE en voyage …

Savoir, est-ce que ça suffit ?

Un trajet d’une heure en train. Je sors mon ordinateur et poursuis l’écriture d’une présentation de la logique émotionnelle auprès de soignants. Le monsieur à ma droite semble plongé dans sa musique, casque aux oreilles. Le temps passe. Il « débranche » et m’adresse la parole.

« Excusez-moi, je sais que ça ne se fait pas, mais je lis ce que vous écrivez et je trouve ça très intéressant. Vous devez être psy et vous parlez des émotions ? »

Je lui confirme en souriant. Il poursuit et se lance dans les confidences.

Moi, je suis une boule d’émotions, j’ai honte de moi, mais je n’y peux rien. Mon amie, ça la fatigue. Je reprends le travail demain et rien que d’y penser, j’ai mal au ventre. C’est pas normal.

La conversation est engagée. Je sens bien passer la tentation de faire de la thérapie “sauvage” pour aider ce jeune homme. Il a moins de trente ans, mais son visage est triste quand il parle de lui. Il décrit avec des mots de tous les jours ses maux de tous les jours ! Une expérience quotidienne qu’il nomme stress, comme tout le monde, qui est devenu maladie fonctionnelle selon son médecin. Il lui a proposé un traitement pour lutter contre l’anxiété.

Avant que je ne fasse un ulcère d’estomac selon lui. Mais j’ai pas envie d’en prendre, des amis me disent que ça chamboule la tête. Mais bon, peut-être que je vais être bien obligé ! Mon boss me fait peur. Il peut me virer de la boite quand il veut si je ne rentre pas dans ses attentes. On n’existe pas pour lui. Je travaille dans la maintenance en digital. Alors je ronge mon frein. Je devrais pas, mais certains jours, j’ai envie de claquer la porte après lui avoir mis mon poing sur… enfin, vous voyez ce que je veux dire.

J’imagine bien en effet la fuite empêchée et la colère rentrée du repli sur soi, véritable bombe à retardement dans un organisme sain, animé d’un besoin naturel d’existence, de sécurité, d’identité et de sens.

Mais ça, c’est pas possible. J’ai besoin de ce job. C’est dur. J’ai pas les codes. C’est pour ça que j’ai mal au ventre et que j’ai trop d’émotions. Tout le monde me dit que je devrais être moins stressé, plus cool et même faire de la méditation ! Foutaises ! C’est sur ça que vous écrivez ? 

J’aimerais lui dire que, pour prendre sa place dans cette situation, si banale malheureusement, le chemin consisterait déjà à faire face à la logique de ses émotions, à leur bon sens. Qu’il peut apprendre à faire face à son propre système de défense pour pouvoir faire face, un jour, à son patron. Que le problème n’est pas sa peur du boss, mais l’ignorance de son propre désir d’avoir une place, dans la dignité. Que son esprit lui joue des tours quand il s’évade vers les souvenirs du passé ou vers des croyances et des évidences avant de se projeter dans un futur irréaliste. Que les mots servent d’abord à reconnaitre ce qui est là, au présent dans l’expérience d’un corps vivant, naturellement légitime.

Une toute petite heure, c’est bien peu pour lui donner tout ça à entendre, d’autant qu’il n’en demande pas tant. Écouter, ça ne suffit pas, mais c’est déjà ça. J’ai fermé l’ordinateur et continué à résonner sur ses mots, joué de quelques notes d’humour sur ledit boss, sur ces médecins qui ne trouvent pas mieux pour vous aider que donner antistress en pilules. Pour mieux fermer votre bouche comme une tétine selon mon voisin. Il prend soin de ne pas choquer les oreilles de la dame un peu âgée que je suis. Nous nous quittons sur le quai.

Merci de votre écoute me dit-il.

Je lui ai donné le nom d’un livre sur la LE.

Puissent ses mots lui transmettre un savoir nécessaire sur le bon sens des émotions !

Catherine Aimelet-Périssol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *