Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

A quoi servent les émotions ?

Un matin de ce mois de novembre, Lucie, la petite fille de 4 ans d’une amie, m’interpelle :

- « Depuis que grand père est parti au ciel, maman est triste. Elle me dit que c’est normal parce que papy lui manque. C’est comme quand j’ai perdu mon doudou, il me manque et je suis triste aussi. Mais cela ne fait pas revenir Papy ni doudou. Alors à quoi ça sert d’être triste ? »

- « C’est comme de la couleur sur un dessin, ça sert à mieux voir ce que tu as dessiné et là, ça sert à mieux voir ce qui se passe à l’intérieur de toi quand tu veux que doudou soit là, avec toi alors qu’il est ailleurs mais que tu ne sais pas où. La tristesse, comme la peur ou la colère ou encore la joie, c’est de la couleur. Ce n’est pas fait pour faire revenir doudou, mais ça dit quelque chose d’important de toi qui aime doudou. Parce qu’avec doudou tu te sentais joyeuse ?

- « Oui, comme avec Papy »

Les émotions colorent nos vies mais notre culture tend à les proposer en monochrome : tous heureux, tous positifs, tous capables de rebondir en cas de peine, tous capables de rester zen et sans colère et sans peur ! Toutes sortes de discours nous donnent à penser notre vie comme ratée si nous ne sommes pas en pouvoir de gérer notre existence comme notre compte en banque.


Quel arbitraire ! Quelle violence faite à notre nature !


Les émotions sont l’expression même de la vie, toutes les émotions. Elles sont nous.


Nous sommes un corps et un esprit, unifié par notre nature écologique. En partie animal, en partie humain. Quand l’une nous presse à agir pour sauver notre peau dans l’urgence d’une situation, l’autre tend à relativiser l’expérience, à la mettre en relation avec d’autres points de vue.


Nous sommes naturellement informés par ces deux modes d’être vivants, dans la réalité de la situation comme dans sa mise en relation avec nos expériences passées et nos projections sur le futur.


Ce n’est pas là un problème, mais cela peut le devenir quand nous posons notre attention, que ce soit en conscience ou hors conscience sur l’une OU l’autre de ces parties. Quand, via sa mémoire, le corps impose sa loi de survie dans des situations qui, selon l’esprit, n’ont rien de vital ; ou bien quand l’esprit, via sa réflexion et les filtres mentaux de perception, prétend tout contrôler, tout gérer, même les émotions. Jusqu’à prétendre que la réalité ne serait que psychique.


Notre unité est alors déséquilibrée, notre boussole s’affole et impose un équilibre via nos systèmes défensifs les plus archaïques pour que l’homéostasie soit rétablie.


Nous évitons de regarder la réalité, nous luttons contre elle, nous la subissons et nous replions sur nous-même. Nous survivons, quitte à nous épuiser. Et puis nous idéalisons le bonheur et la joie comme une panacée qui nous soulagerait de nos tensions, de nos peurs et nos peines. Sans voir que cette idéalisation est encore un rêve pour contrôler nos mouvements de vie.


Mais comment poser une attention qui accorde ces parties de nous indissociables ? Comment la connaissance du processus émotionnel peut-elle favoriser cette alliance pour qu’enfin nous devenions humains de corps-esprit ? Ralentir, observer le mouvement de vie à partir de l’élan vital qui anime chacune de nos cellules, nommer l’expérience corporelle et la mettre en rapport avec nos habitudes mentales et comportementales et bien d’autres expériences pédagogiques permettent d’acquérir cette connaissance.


Ce travail est la porte de la liberté !


Non pas la liberté idéalisée et conceptuelle qui consisterait à être débarrassé de tout cadre, toute entrave et de toute peine.


Mais la liberté vivante qui consiste à chercher comment agir dans le respect de son désir d’existence, dans la situation complexe dans laquelle nous existons et en lien avec les autres qu’inspire le même désir.


Venez nous rejoindre et apprendre ce langage de vie. 

Catherine Aimelet Périssol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *