Décrypter l’intelligence vivante de l’émotion

Je danse avec les Extrêmes

Entre les deux, mon cœur balance. Je peux voir le verre complètement vide et puis, un moment plus ou moins long plus tard, le voir complètement plein. Je peux agir dans un sens et l’instant d’après, opérer dans le sens contraire. D’ailleurs, je peux même trouver cela très évident et naturel, me tournant, ainsi que d’autres, en bourrique. Et ce faisant, me sentir étourdie, comme si le vertige me prenait, tant je peux me surprendre à agir comme une girouette. 

« Logique ? » Me risquerais-je ?  

Eh bien, oui. La « Logique Émotionnelle » apporte un éclairage singulier sur cette valse en fondant ce phénomène sur la biologie, plus précisément sur l’homéostasie. Elle permet de donner du sens à ce tourbillon mental et comportemental !

L’homéostasie, c’est cette fourchette définie par les deux termes inférieur et supérieur que nous regardons, toutes et tous, sur le côté droit du document lorsque nous tentons de déchiffrer les résultats de nos analyses biologiques. Le bon chiffre est celui qui se situe dans cette fourchette. Et dès qu’il en sort nous remarquons qu’il est noté en gras… 
Notre vie, notre santé, notre bien-être physiologique –donc psychique aussi- dépend du maintien de nos chiffres à l’intérieur de cette fourchette de valeurs, sinon ils signalent un désordre.

Comment la LE et son corollaire l’homéostasie peuvent-elles m’aider à comprendre cette danse avec les extrêmes, telle une girouette intérieure qui entretient chez moi indécision et frustration ? Comme un désordre des solutions de mon corps esprit ?

Il me semble sincèrement, considérant la vitesse de circulation des échanges dans le cerveau, que mes pensées, mes comportements, et mon agitation vont de pair. En effet, si je regarde au ralenti mon mouvement adaptatif, je peux voir que mes habitudes de répondre aux événements sur un mode défensif sont des réponses automatiques empreintes de survie certes, que le balancier s’impose comme une solution, mais qu’en même temps elles ont quelques conséquences.

Pour autant, vouloir échapper au processus, lutter contre, subir comme une fatalité ce phénomène vivant de complémentarité des polarités, c’est prendre le risque de générer encore plus de stress. Qui peut même être compris comme une résistance au processus naturel de la vie au nom d’en éviter les conséquences ! Avoir « toujours plus » pour ne « manquer jamais » de sûreté ou de liberté par exemple, est la voie la plus sûre pour entretenir la pression intérieure mais aussi extérieure, sur son environnement. La LE, en décrivant le mouvement de balancier entre deux extrêmes, me donne la possibilité de mieux me connaitre ainsi que des indications pour me rapprocher de la fourchette d’équilibre.

A moi de développer mon attention au langage de mon corps esprit, à oser considérer la valeur vitale de mon tourbillon !

Yassamane Sassanfar

hebdo, homéostasie