ENTENDRE LES MOTS QUI DISENT LES MAUX.

LES SOURCES OUBLIEES DE NOTRE LANGAGE

 

du Dr Christian Dufour

 

Fiche de lecture d’Anne-Sophie Libert

Promo 7

 

  

« Les mots savent de nous des choses que nous ignorons d'eux », René Char.

  

Riche de vingt-cinq années de consultation en tant que médecin généraliste, Christian Dufour a cherché ce qui se cache derrière le sens des mots des patients. Après des années de recherche, il révèle un langage archaïque qui préexiste au langage actuel, un pont qui relie les maux aux mots.

Ce langage est composé d’unités phonétiques vibratoires. Pour en prendre conscience, prononcez à haute voix les deux phrases suivantes. Elles ont une signification semblable et des sonorités différentes :

« Accroupi, le tigre gronde et, agressif gratte le roc de ses griffes »

« Tapi, le fauve rugit, et sauvage, laboure le sol dur de ses pattes ».

La première phrase inspire plus la crainte que la seconde avec la répétition des sons CR et GR. CR se retrouve dans les mots liés à la mort (crever, sépulcre, crypte, nécropole, crâne, crime, crémation, croque-mort...) ou à la casse (écraser, écrouler, craquer...). GR représente le saut, l’explosion ou la propagation (grisou, grenade, déflagration, grippe, grabuge, grondement…). Le son IF d’agressif et griffe symbolise pointe, pointu (if, canif, pif, récif…).

 

L’auteur appuie son hypothèse sur de nombreuses illustrations de ce type. L’ambition de son livre est de «saisir jusqu’où la biologie pénètre le langage humain et jusqu’où le langage pénètre la biologie humaine». Dr Dufour invite à la rencontre des sons et à retrouver la clé d’un langage oublié avec des mots qui délivrent des maux.

La première partie décrit de façon relativement technique ce langage puis Dufour aborde la formation originelle du langage et le conditionnement des mots.

  

LA DUALITÉ DU LANGAGE

Un schéma du cerveau distingue ses deux hémisphères. L’hémisphère gauche est le lieu de commande du langage verbal, de la lecture, l’écriture, l’analyse, parfois appelé le cerveau de la raison. L’hémisphère droit permet de reconnaître la globalité d’une situation, percevoir dans son ensemble et dans l’espace, attribuer une coloration émotionnelle, le cerveau de l’émotion.

 

Le langage se dédouble : notre langage actuel est conscient, composé de mots qui raisonnent, sollicitant les aires corticales du langage de l’hémisphère gauche. La source archaïque et non consciente de ce langage est composée d’unités phonétiques qui résonnent dans les aires associatives visuo-auditives de l’hémisphère droit.

Le langage archaïque est composé d’environ cent-vingt unités « schémo-émotémiques » listées dans l’ouvrage. Un schémème est un élément sonore relié à un schéma visuel. Par exemple le son CL est associé au concept visuel spatial de fermeture : bouCLe, CLé, CLic-CLac, CLore, enCLave, CLoison, CLapier, éCLuse, CLaustrophobe...

 

 

Un émotème est relié à une émotion. A titre d’exemples, les sons « aïe » et « ouille » traduisent une douleur ou un désagrément. Leur répétition « aïe aïe aïe, ouille ouille ouille » reflètent plus la crainte d’une douleur ou d’une difficulté. Ce marquage phonétique traduit les cris de douleur des blessures (entaille, s’ébouillanter), avec des objets usuels (bouilloire, cisaille, douille), des activités de guerre (bataille, mitraille), des maladies (caillots, défaillance) ou encore des douleurs morales (funérailles, dépouille).

Le son AR se trouve dans la prééminence et la menace. Au sommet hierARchique on trouve un phARaon, mahARajah, mandARin, césAR, tzAR ; dans la religion cARdinal, ARchevêque, ARchiprêtre et la noblesse mARquis, bARon, ARchiduc. L’ARsenal de l’ARmée menace avec ARme, ARc, cARabine, cARtouche, bombARder, bARbelés…Cette empreinte phonétique se trouve aussi dans les maladies telles l’ARthrose, infARctus, lARyngite, pARasite, vARicelle...

 

D’autres exemples de sons doués de sens :

EILLE, AYE          = sensible                    oreille,orteil, sommeil, veille, éveil, abeille, vieillard

AL                        = mal                           algie, céphalée, pâle, gale, hallali, râles, alerte, alarme

TR                        = peur                         trouille, trac, poltron, pleutre, tremble, traqué, tressaille

AM                      = amour                      amie,maman, amante, dame, famille, mamelle, âme

 

Un alphabet primitif liste également des lettres isolées douées de sens. Par exemple le C signifie la coupure : scie, couteau, canif, cutter, ciseau, scalpel, section…

Comme toute langue, elle comporte une syntaxe, une conjugaison, une polysémie (signification différente d’un même mot), un mode de lecture et une retranscription. L’ordre de lecture non conscient est inversé : le mot primitif se lit de la droite vers la gauche. Par exemple trac se découpe en tr et ac et se lit ac-tr, signifiant action qui fait trembler. Le lecteur a donc en sa possession tous les éléments permettant de décoder le sens caché des mots usuels. Ce code inconscient serait indo-européen donc des comparaisons de symboles d'une langue à l'autre sont possibles. Le livre fournit des exemples notamment de mots anglais et allemand.

 

Un paragraphe sur les « prémonitions du cerveau droit » démontre que le mot primitif précède la découverte scientifique. Le mot sol apparu au 12ème siècle se traduit par OL = rond et s= surface, soit surface ronde, avant que Galilée ne démontre au 16ème siècle que la terre est ronde. Ou encore  le mot infarctus traduisant sauts répétés à terre de l’action menaçante dans la pointe, apparu avant l’invention de l’électrocardiogramme dont les pointes tracées peuvent caractériser une menace. Le mot singe, passage de l’un dans l’autre du Savoir, anticipe l’évolution du primate humain.

Les noms propres étonnent aussi : Alzheimer se code par ère de transformation de l’énergie de l’essence de la personne violemment détruite par le mal du temps. Tibet : niveau haut perché de la Terre.

Pour Dufour, c’est un code nouveau de lecture des maux. L’eczéma se transcrit comme la lutte contre l’émanation de l’esprit des personnes créant une cassure alors que le médecin a vu apparaître de l’eczéma chez un nourrisson au moment du sevrage.

Pneumonie : ne propage plus une transformation volatile sang – air.

Ostéoporose : destruction de la limite, écarte, sépare, ôte l’os.

Drogue : danger de passage par la tête tout droit.

Alcool : goutte ronde qui coupe l’action du mal.

Cannabis : éloigne la coupure du temps.

  

LA FORMATION ORIGINELLE DU LANGAGE

Le mot primitif est né des onomatopées. L’onomatopée, du grec « création de mots », est un élément sonore imitant un cri animal ou un son de la nature ou d’un objet. Crac signifie le craquement naturel d’une branche ou d’un os. Le son CR s’est ensuite étendu à tous les mots désignant la casse. C’est un premier langage composé d’unités phonétiques significatives. Il conditionne des vibrations sonores à une émotion (aïe : douleur), se duplique et se transmet entre générations. Les cris humains (hurlement, rire, sanglot) ayant une signification semblable dans toutes les cultures, il existe des racines communes à plusieurs langues actuelles. Aujourd’hui encore on utilise des onomatopées (aïe, atchoum, couac, plouf, tic-tac, bling-bling...) et certains mots dérivés (cliquetis, brouhaha, couiner, miauler, vrombir...).

 

Pour assurer sa survie et le maintien de l’espèce, l’homme a cherché à manifester sa dominance en se battant avant de découvrir cette arme humaine redoutable et puissante qu’est le mot. En effet si je prononce le mot « araignée », chez certaines personnes cela inspire de la crainte alors qu’il n’y a pas d’araignée dans la pièce. L’homme découvre cette possibilité nouvelle qui est d’engendrer la peur et la crainte à travers la prononciation de mots, ce qui lui évite de prendre le risque renouvelé de se battre pour sauvegarder son territoire. Ainsi se développera le langage oral, menaçant pour le dominant et craintif pour le soumis.

 

L’évocation d’objet ou d’une personne en son absence se nomme l’abstraction. Il s’agit de porter attention à la représentation d’un élément. L’homme comprend qu’avec sa voix il peut émettre des sons signalant un objet. Il a le pouvoir de remplacer l’objet par le mot qu’il désigne et ce dans tous les domaines de perception. Si j’évoque l’odeur d’une fleur, l’odorat est sollicité alors que seul le mot « odeur » a été entendu.

L’auteur rappelle que le sens principal de l’animal est le flair, langage olfactif. Avec la verticalisation de l’homme, le flair se distançant du sol, le langage verbal s’est fortement développé et permet une communication à distance.

 

LE CONDITIONNEMENT DES MOTS

Ivan Pavlov a mis en évidence la notion de réflexe conditionné, aussi appelé le réflexe de Pavlov ou conditionnement pavlovien, à l’origine du dressage animal et du conditionnement humain. Si on fait entendre à un chien le son d’une clochette avant de lui donner de la nourriture et qu’on répète cette conjonction, le chien se met à saliver à la simple audition du son de la clochette. C’est la répétition et le renforcement de la récompense – ici la nourriture – qui induit la réaction du chien. L’absence de récompense et l’éloignement dans le temps entre les deux actes – agiter la clochette et apporter de la nourriture – éteignent progressivement le réflexe de salivation.

 

Cette expérience montre qu’un son associé à un acte provoque une réaction adaptative. Sa répétition provoque une réaction anticipée. La variation de la fréquence du signal ou l’absence de récompense entraîne une extinction du réflexe. Le conditionnement est donc le mécanisme de l’anticipation adaptative. Il est basé sur l’association et se développe avec sa réitération. On parle de généralisation conditionnelle lorsqu’un stimulus semblable à l’original provoque une réaction forte et similaire (par exemple un son proche de la clochette ferait également saliver le chien).

 

Ayant vu plus haut que le mot remplace l’objet, il peut lui aussi stimuler et déclencher une réaction physiologique chez celui qui l’entend. Si je prononce le mot « clochette » – avec répétition et récompense – le chien réagira. Il s’agit d’une généralisation conditionnelle sémantique. On comprend alors que le mot est un bruit-stimulus ou bruit-signal. Il conditionne une réaction neurovégétative et émotive.

On s’aperçoit que si on prononce un mot à consonance voisine (« clocher », « clochard »), il provoque également une réaction mais un peu plus faible alors que le sens peut être différent. Il existe donc aussi une généralisation conditionnelle phonétique.

 

POURQUOI A-T’ON OUBLIE LA SOURCE ARCHAÏQUE DU LANGAGE

Le nombre de sons utile à l’expression orale d’une langue étant limité, un conditionnement phonétique se réalise à notre insu lors de la mémorisation des sons dans l’enfance. Ce caractère inconscient qui ne passe pas par l’aire langagière de l’hémisphère gauche expliquerait que le langage archaïque reste ignoré.

La sophistication du langage actuel au-delà de son but premier de vecteur d’information et communication expliquerait aussi cet oubli.

 

Pour comprendre ces deux hypothèses, Dufour raconte l’évolution du langage chez un individu. Le cri du bébé est un signal sonore inné qui permet d’avertir de certains besoins ou d'émotions: faim, soif, douleur physique, insécurité et la non satisfaction de ses besoins. Ce signal produit des réactions de protection chez les parents.

Entre 6 et 10 mois advient une phase d’émission de tous les sons de base de la langue. Les sons signifiants entraînant le contentement des parents et des réponses adaptatives satisfaisantes (réflexe conditionné), une mémoire acoustique se développe.

Cette phase d'enregistrement phonétique et mélodique des sons se complète par une phase de différenciation d’éléments sonores par imitation dès 11 à 12 mois (« papa », « maman ») et de premiers liens entre signifiant et signifié. Viennent ensuite les mots et petites phrases.

Lorsque l’enfant se met à marcher, il assimile verbalement l'environnement qu’il perçoit. Il associe images et mots et enrichit son vocabulaire à un rythme effréné jusqu’à ce que le langage devienne un moyen de communication signifiante informative.

L’homme développe même un langage symbolique et complexe. Le langage devient notamment un jouet d'expérimentation esthétique pour les artistes. Le développement de ce langage civilisé et extrêmement élaboré a inhibé nos cris primaux. Le langage sophistiqué habille et cache sa source archaïque.

Enfin l'école et l’éducation en général ne favoriseraient pas la découverte de la source primitive. L’école oriente la sémantique des sons vers une sémantique globale du mot en apprenant aux enfants des mots entiers signifiants. Nous devenons alors sourds à l’écoute phonétique et son empreinte émotionnelle ou géométrique et spatiale.

  

LE LIEN AVEC LA LOGIQUE EMOTIONNELLE (LE)

La LE est une démarche de connaissance de soi à travers l’observation de ses émotions, la compréhension et la pratique de leur langage. Cet apprentissage passe par la prise de conscience du fonctionnement de la partie reptilienne du cerveau, aussi appelé cerveau archaïque.

 

Christian Dufour s’intéresse à l’empreinte archaïque émotionnelle et sensée des mots. La LE s’intéresse à l’émotion, mouvement de vie archaïque dont nous sommes imprégnés et qui est doué de sens.

Le livre contient plusieurs références à Henri Laborit. Ce chirurgien et neurobiologiste a étudié les mécanismes liés au stress dont s’est inspirée Catherine Aimelet-Périssol pour fonder la Logique Émotionnelle.

 

Dufour et la LE ont en commun une approche étymologique du langage verbal. L’étymologie cherche à établir l'origine formelle et sémantique d’un mot. Elle s’appuie sur la phonétique historique et l’évolution sémantique des termes. Sans même remonter jusqu’aux sonorités oubliées, l’étymologie permet de dé-voiler certains mots et préciser leur sens. Par exemple émotion vient de motion qui signifie mouvement.

 

Ma compréhension est qu’ils partagent également une approche biologique de l’individu. La biologie est la science du vivant. Etymologiquement « bios » signifie vie et « logos » discours, traité, parole. La LE apporte un éclairage bio-logique – avec une logique de vie – sur les émotions humaines. Pour les deux, l’entité corps-esprit est abordée comme un ensemble. Biologie et psychologie fonctionnent de pair.  

La LE a développé un outil – le tétralemme – permettant de cartographier le mouvement émotionnel en termes de perception, sensation, réaction de défense et besoin nourri dans l’instant. De nombreuses notions relatées par Dufour rejoignent ces éléments.

Le mot bruit-stimulus ou bruit-signal, vecteur d’information, est une perception.

La douleur est une sensation et son empreinte phonétique « aïe » non consciente et cachée dans les mots est un ressenti.

Le réflexe conditionné pavlovien, aussi défini dans le livre par Setchenov comme «  réaction de l’organisme envers le monde extérieur », est la réaction de défense.

Les notions  de récompense et de restauration de l’intégrité, assimilées au plaisir sont les besoins nourris. Ils correspondent au processus d’auto guérison structurel. Dans sa dimension représentée par l’esprit, ces notions se traduisent par le besoin de protection à travers le pouvoir ou la dominance.

 

En fin d’ouvrage, Dufour aborde « l’indivi(se)dualité ». L’homme est un tout indivisible, or on ne cesse de le dualiser : hémisphères gauche/droit, corps/esprit, phonétique/sémantique, etc. La réunification en une unité permet l’individualité et la guérison de l’être. Cette notion s’approche de celle d’alliance en LE. Tout comme les mentions « d’acte libre » et de « voies concrètes d’une libération » de Dufour rappellent celle de libre-arbitre et de responsabilisation en LE. Une conscience élargie aux multiples chemins possibles permet d’agir plutôt que de réagir.

  

CONCLUSION

J’ai été fascinée par la lecture de ce livre.

Curieux, dubitatifs, amateurs de linguistique et de poésie, je vous le recommande.

 

Selon l’auteur, la révélation de ce code archaïque conditionné est une étape vers la biologisation du mot, source d’une nouvelle médecine biologosomatique. La biologosomatique est une approche de la maladie reliant le corps (soma) au langage (logos) via la biologie. La maladie serait issue d’un mal à dire des mots inhibés par la peine. Le malade exhibe sur son corps un message caché ou inhibé dans son cerveau. Ecouter les mots des patients et décrypter leurs maux délivrent de cette inhibition. Les sons sont inconsciemment empreints d’une expérience vécue et sont porteurs de sens.