Étape 3 : Observer

 

« Je m’approche de ce qui me touche, pour prendre du recul. »

Observer ce qui fait choc : porter notre attention aux faits précis qui, en écho à des expériences personnelles et passées, nous déstabilisent, sans nous laisser aller aux jugements qui leur sont associés.

 

Page 112 [...]

 « – Martine, si vous voulez bien, nous allons revenir aux faits. À ce qui s’est passé précisément dans la cuisine ce matin-là. Vous étiez assise en train de prendre votre petit-déjeuner, c’est bien cela ?

– Oui.

– Et alors Damien est entré…

– Oui et sans un mot, sans « bonjour », sans un regard…

– Martine, là vous êtes en train de décrire ce que Damien ne fait pas… Mais que fait-il concrètement ?– Eh bien… Il traverse la cuisine en silence et se dirige direct vers le frigo…

– Et… ?

– Et il prend ensuite ses céréales, son bol et tout…

– Y a-t-il quelque chose qui vous touche particulièrement entre le moment où Damien entre dans la cuisine et le moment où il s’installe ? »

 

page 121 [...]

Quand l’émotion monte c’est que nous avons bel et bien perçu quelque chose qui a fait choc pour nous. Pourtant, il nous est bien difficile sur le moment de distinguer ce vrai de la fiction interprétative à partir de laquelle nous nous racontons l’histoire.

 

page 132 [...]

Cette aptitude à ajouter de l’information pour que celle-ci nous donne une représentation fiable et cohérente de nos perceptions joue un rôle vital dans notre adaptation au monde : quitte à bousculer les contraintes du réel, nous le faisons pour nous soulager de l’incertitude, pour nous rassurer.