Étape 5 : Identifier mes réactions de défense

 

« Je cherche à comprendre mes réactions défensives, mais je ne les laisse pas prendre le pouvoir sur moi. »

Identifier ses réactions de défense : reconnaître que nos réactions de fuite, de lutte et de repli sur soi sont les modèles adaptatifs de survie que nous employons sur le court et le plus souvent sur le long terme, combien nous y sommes attaché, et leurs conséquences sur nous et les autres.

 

Page 186 [...]

Vous étiez « en vrac », mal, mal à l’aise, malheureux, honteux, perdu, triste, plein de rancœur, fatigué, etc.Dans ce cas, la liste (non exhaustive) ci-dessous pourrait vous aider à identifier ce qui se passe en vous :

  • Vous préféreriez être ailleurs plutôt que de vivre cela.       
  • Vous êtes désespéré d’avoir à faire face à ce genre d'événement.
  • Vous détestez ressentir autant de choc et de malaise.
  • Vous êtes abattu d’être aussi sensible, émotif.
  • Ça vous angoisse de réagir comme vous l’avez fait.
  • Vous vous en voulez d’avoir réagi comme vous l’avez fait.
  • Ça vous déprime de réagir comme vous l’avez fait.
  • Vous avez peur de voir ce genre d’événement se reproduire.
  • Vous vous insurgez à l’idée que ce genre d’événement existe.
  • Vous êtes triste de voir qu’il peut arriver des choses pareilles.
  • Vous avez peur d’avoir fait mal à l’autre par votre réaction.
  • Vous culpabilisez l’autre d’avoir fait ce qu’il a fait.
  • Vous vous culpabilisez d’avoir fait du mal et/ou d’avoir mal fait.

Page 171 [...]

Se connaître, c’est oser regarder les comportements que nous adoptons lorsque nous sommes saisi intérieurement par une sensation douloureuse dans une situation qui fait choc pour nous. Oser, car il nous faut du courage pour regarder sans juger une attitude si vite qualifiée par les codes moraux.

 

Page 188 [...]

L’intelligence des réactions de défense, l’intelligence du processus adaptatif n’impliquent pas qu’il s’agit du seul moyen de s’adapter dont nous disposons. L’émotion n’est pas faite pour y rester.

 

Page 196 [...]

Se pose donc la question de la prise en compte, par nous-mêmes, de l’effet de nos réactions de défense sur les autres.