Le Focusing , au centre de soi – Eugène T. Gendlin

 

Le focusing est une méthode initiée par Eugène Gendlin dans les années 1970. Il est issu de la tradition « Centrée sur la Personne » de Carl Rogers avec qui il collabora étroitement pendant 11 ans à l’université de Chicago.

Gendlin (né en 1926 en Autriche) est avant tout un philosophe. Au départ, ses recherches portaient sur l’élaboration des concepts, en particulier, sur le rapport entre l’expérience et la signification des mots.

Il pensa que le champ de la thérapie, par le fait que les gens parlent de leur vécu en cherchant à le verbaliser, lui donnerait un terrain d’expérimentation particulièrement propice à son étude. Ses travaux l’amènent à conclure que l’expérience, par sa dimension phénoménologique concrètement ressentie et descriptible, sans être équivalente aux mots et concepts, contribue à l’élaboration du sens.


L'experiencing est un concept issu des recherches de Gendlin. Il parle de la possibilité et de l’aptitude que nous avons à faire l’expérience de nous-même. La base de la théorie de Gendlin repose sur l’hypothèse selon laquelle il est possible d’augmenter la capacité d’accès à l’experiencing d’une personne en lui apprenant le processus Focusing. « Il y a 20 ans, l’idée que l’inconscient est logé dans le corps, entre autres sou forme de malaises et de tensions, avait quelque chose de choquant. Aujourd’hui, il est généralement admis de considérer le corps comme une source d’information et de moteur de changement. Par contre, peu de gens connaissent la façon d’accéder à cette source ».

 

Le Focusing est une méthode éprouvée qui nous amène à prendre conscience de ce savoir inscrit dans le corps qui, en se déployant, ouvre sur de multiples découvertes. Cette aptitude intérieure vous permettra d’une part de découvrir ce qui, dans votre vie, vous bloque, vous ralentit, vous inhibe, vous empêche de progresser et d’autre part d’apporter les changements nécessaires. Vous pourrez, grâce à elle, approfondir vos pensées et vos sentiments. Le Focusing nous aide à mettre des mots sur ce que nous ressentons et à ressentir un peu plus ce qui est contenu en nous mais qui n’est pas encore tout à fait clair. Il s’agit d’un dialogue qui s’établit avec notre espace intérieur et tout ce qu’il contient.


Le Sens Corporel : point de départ du Focusing.

Le Focusing consiste à contacter un sens corporel qui est accessible en nous sans être clair. Notre attention se dirige vers la zone de la poitrine, de l’estomac et du ventre et de la gorge et nous pouvons passer du temps au seuil de cette place un peu brouillée qui peut parfois faire l’effet d’une muraille de brume grisâtre ou d’une forêt sombre. Au départ on ne voit rien puis on commence à distinguer tout ce qui est intriqué dans ça. C’est là que selon Gendlin, commence le Focusing. Le temps que l’on prend de reconnaître, toucher et se tenir à côté de ce sens que l’on ressent fait aussi partie du processus de Focusing. Dans le but de transmettre la connaissance et la pratique du Focusing, Gendlin propose un modèle en 6 étapes décrivant le processus intérieur et son mouvement naturel.


Bernadette LAMBOY  (Directrice IFEF : Institut de Focusing Francophone )
Le focusing (ou centrage sur soi) est une approche corporelle de psychothérapie qui se caractérise par une attitude d'attention au « senti », c'est-à-dire à ce qui se passe « en soi » : les émotions, les sensations kinesthésiques ainsi que les perceptions. Devant les obstacles de la vie, nous tentons la plupart du temps de trouver des solutions en faisant appel à la réflexion, à l’analyse, à notre compréhension mentale. Ce n’est pas toujours couronné de succès. Que faire lorsque nous sommes dans une impasse ? Le focusing nous ouvre une voie différente qui passe par l’écoute du corps, plus précisément par l’écoute d’une certaine sensation corporelle, le « sens corporel ». Dans la vie, selon les circonstances, nous nous sentons légers ou lourds, plein d’entrain ou sans ressort, avec un nœud à l’estomac ou une boule dans la gorge.  Ces impressions sont chargées de significations que nous ignorons habituellement.  Avec cette approche, nous allons les explorer et en écouter le message. En prêtant attention à ce qui se passe en nous, au-delà des émotions, des sensations kinesthésiques ou des perceptions viscérales facilement repérables, des réponses et des solutions nouvelles vont émerge auxquelles nous n’avions pas pensé jusque là.


Les 6 étapes du Focusing

 

1ère Étape : Dégager un Espace

La 1ère étape est très importante. Elle consiste à dégager son espace intérieur pour pouvoir continuer le Focusing. Elle n’intervient qu’une seule fois au début de chaque séance. En revanche on peut recommencer les autres des 12aines de fois en approfondissant ses SC les uns après les autres. Trouvez les préparatifs qui vous conviennent pour vous sentir bien et vous placer dans un état mental et physique de réceptivité. Entassez tous vos problèmes d’un côté afin de dégager un endroit où vous pourrez vous asseoir et respirer à l’aise. Ne vous laissez pas submerger pas vos problèmes, ne vous identifiez pas à eux, mais ne les fuyez pas non plus ; Prenez du recul face à ce qui vous préoccupe ou vous fait souffrir. Vos problèmes sont là devant vous mais vous vous êtes construit un petit abri et pour le moment  ils ne peuvent pas vous inquiéter. Vos tensions sont toujours là, il faudra les dénouer, y faire face d’une façon différente et plus efficace. Acceptez une inquiétude momentanée. Contentez-vous d’empiler vos problèmes devant vous, prenez-les un par un, déposez un fardeau, empilez-les devant vous pour pouvoir les observer mais ne les portez pas sur votre dos. Vous pouvez dresser une liste des tâches qui vous attendent, cela n’accomplit pas les tâches mais vous vous sentez mieux, vous êtes moins affolé, plus détendu, de sorte que vous pouvez aborder le problème d’une manière calme et ordonnée. Le calme que vous trouverez à la 1ère étape et vous aidera à vous fier davantage à votre corps. Dans cet état, il a la sagesse pour résoudre vos problèmes. Affrontez vos sentiments et vos situations pénibles avec un corps décontracté. Tous malaise que nous ressentons indique que votre corps sait où se trouve son bien-être et tend vers ce but. L’existence même d’une inquiétude en vous prouve que votre corps sait ce qui est bon pour vous et ce qui ne l’est pas puisqu’il vous signale que quelque chose va mal. Il veille constamment à maintenir son équilibre. Il possède un sens global de ce qui lui est vital, un sens beaucoup plus sûr que nos pensées. Vous pouvez faire confiance à l’ensemble des étapes que votre corps franchit afin de transformer votre malaise. Votre corps possède un instinct de guérison et de survie. Puis, si vous êtes attentif, vous percevrez dans votre corps un certain malaise relié à un certain aspect de votre vie. Reconnaissez en l’existence puis déposez-le à côté de vous gentiment. Demandez-vous ensuite si ce problème mis à part, vous êtes très heureux de la vie que vous menez. Faîtes la même chose avec ce qui émerge alors. Vous devez attendre chaque fois que votre corps vous fournisse la réponse. Quelle émotion s’interpose constamment entre votre bien-être et vous ? Mettez-la aussi de côté. Pas maintenant. Dégagé de votre lot de préoccupations, vous n’êtes plus le même. Comment vas-tu en ce moment ? Que se passe-t-il actuellement ? Vous attendez sans répondre. Les sentiments que vous éprouvez dans votre corps constitueront votre réponse. Ce n’est pas la liste de problèmes que nous voulons. Nous voulons savoir ce qui vous empêche de vous sentir bien dans votre corps. Accordez de l’importance à ce que vous sentez vraiment. Si vous vous donnez la peine de l’écouter, votre corps vous fournira les indices. Prenez le temps de déterminer ce qui vous bloque. Acceptez la complexité de vos sentiments. Regardez ce qui se passe en vous. Ne vous laissez pas interrompre par votre côté critique. Laissez votre moi profond s’exprimer. Créer cette atmosphère amicale. Ne les combattez pas. A la question : « qu’est ce que j’éprouve en ce moment ? » Laissez venir la réponse de l’intérieur et acceptez-la pour l’instant. Vous vous trouvez  à la 2è étape et vos chances sont bonnes d’éprouver un changement.

Étape 2 : Laisser venir le Sens Corporel

Parmi les différentes émotions que vous avez éprouvées, choisissez un problème personnel sur lequel vous désirez employer le F. N’entrez pas dans le problème. Prenez du recul. Concentrez-vous sur l’endroit de votre corps où vous éprouvez habituellement des émotions et pourrez y trouver une perception globale de votre problème. Prenez le temps de ressentir cette perception vague et globale. Essayez de constater ce que vous éprouvez face au problème entier. Votre mental commencera à vous créer de sérieux ennuis. Il interviendra avec des remontrances, des théories rationnelles, des clichés. Vous devez traverser cette zone tapageuse afin d’atteindre le sens corporel qui se trouve au-dessous. Il s’agit pour une fois de vous taire, d’écouter et de sentir. Vous y parviendrez avec patience. Dites vous que pour le moment vous ne cherchez pas à comprendre. Vous tentez de saisir ce que vous éprouvez face au problème entier. Vous essayez de toucher du doigt le sentiment qui englobe « tout sur ma relation avec untel, tout sur l’idée de… ». Vous essayez d’entrer en contact avec le Sens Corporel de votre Problème. Entrez en vous sans vous laisser distraire par les protestations de votre mental, jusqu’à ce que vous perceviez une Sensation Unique Face au Problème pris dans son ensemble. Vous centrez votre attention sur une sensation unique face à tout cela (ne pas s’arrêter aux détails). N’essayez pas de régler. Contentez-vous de le ressentir. Le Sens Corporel est une sensation globale et vague qui se rapporte au problème dans son entier. La plupart des gens n’en tiennent pas compte parce que c’est flou, vague. La 1ère fois vous vous dîtes : Ah c’est ça ! Voilà justement la façon dont votre corps ressent le problème. Il s’agit d’une sensation plutôt imprécise.

Étape 3 : Trouver la prise.

Quelle est la qualité de votre Sens Corporel corporel ? Laissez venir un mot, une expression ou une image se former à partir du sens corporel lui-même (serré, désagréable, effrayant, bloqué, pénible, tendu, nerveux.. ou une image : une boule de plomb). Concentrez-vous sur la qualité du SC jusqu’à ce que vous trouviez le terme approprié. Ne cherchez pas à analyser. Essayez de découvrir l’essentiel de votre SC, la prise du Pb dans son entier, la qualité particulière qui en émerge. Impression de ne pas avoir agi convenablement, éprouve qch que je ne peux exprimer verbalement, tension-malaise… Eviter d’imposer le mot au SC ? Laissez émerger dans son essence ou essayer doucement de lui appliquer un terme. Au cours de cette étape, il se peut que votre Pb commence à changer, qu’il vous semble différent de tout ce que vous auriez pu imaginer si vous aviez procédé rationnellement. Vous cherchez qch qui s’accompagne d’un mouvement corporel. Laissez tomber tout le reste. Lorsqu’un mot ou une image visant à qualifier le SC est approprié, nous l’appelons « Prise ». Si au moment où vous prononcez le mot ou vous vous représentez mentalement l’image, votre SC tressaille légèrement et s’attenue, voilà le signal qui vous dit que vous l’avez trouvé. Laissez des mots ou des images émerger de votre sentiment. Laissez celui-ci se nommer lui-même. Normalement lorsque vous trouvez une prise, vous éprouvez un mouvement corporel léger mais suffisant pour vous indiquer qu’elle est bonne. Etre attentif à ce léger mouvement afin de ne pas le manquer. Centrez votre attention sur votre corps afin de reconnaître si le mot ou image choisi provoque en vous la petite détente qui vous dit : voilà, j’ai trouvé.

Étape 4 : Faire résonner.

Confrontez votre SC avec le mot, l’expression ou l’image que vous avez trouvée.
Voyez s’ils correspondent. Cherchez un petit signal qui vous indique que c’est le bon.
Vous devez entrer de nouveau en contact avec votre SC en même temps que vous répétez le mot trouvé. Laissez le SC se transformer si c’est le cas, ainsi que le mot ou l’image, jusqu’à ce que vous précisiez votre SC. Assurez-vous qu’ils s’accordent parfaitement. Demandez-lui sans répondre ; Est-ce bien cela ? La réponse devrait venir du SC sous forme d’une profonde inspiration ou d’un soulagement si votre mot est approprié. Essayez d’éclaircir votre sentiment. Attendez et laissez des termes plus précis en émerger. Cela demande que vous perceviez votre SC clairement et physiquement. Répétez les mots doucement en vous-même afin de sentir clairement leur lien avec le SC. Une prise vous confirme votre découverte du mot ou l’image juste. Vous devez vérifier la justesse plusieurs fois en le confrontant avec le SC jusqu’à ce que vous ayez éprouvé tous les effets physiques qu’elle entraîne Lorsque vous vérifiez la justesse de la prise, vous permettez en même temps à votre corps de changer. Accordez-lui tout le temps dont il a besoin pour se transformer (1à2mn), ne vous pressez pas.

Étape 5 : Interroger.

L’étape 5 consiste à interroger le SC directement. Passer quelque temps (1 à 2mn) en contact avec son SC (ou y revenir à l’aide de la prise qui vous aide à percevoir avec exactitude le SC). Vous devez le percevoir bien clairement, sinon impossible de l’interroger.
Maintenant vous pouvez interroger votre SC sur sa nature. Si le terme trouvé est nerveux : Demandez à votre SC ce qui dans votre Pb entier vous rend si nerveux. Ne tenez pas compte des réponses dans votre tête. Interrogez votre SC. Ces réponses appartiennent au passé et proviennent de votre cerveau. Restez en contact avec votre SC qui frémira et vous obtiendrez une réponse. Il est facile de distinguer les réponses purement intellectuelles de celles qui émergent du SC. Les 1ères se succèdent rapidement dés les questions posées. Le cerveau intervient très vite sans vous laisser le temps d’entrer en contact avec votre SC. N ‘en tenez pas compte. Retrouvez votre SC avec l’aide de votre prise, puis interrogez-le de nouveau. Il est très important de poser de questions ouvertes auxquelles on évite consciemment de répondre avec son intelligence (les questions fermées auxquelles on s’empresse de répondre sont vides de sens). Interroger le SC, comme vous posez la question à quelqu’un ; vous attendez une réponse. N’imposez pas le mot ou l’image à votre sentiment. Laissez-les émerger de celui-ci. Laissez votre sentiment se révéler dans sa totalité. Les mots ou images qui émergent d’un sentiment s’accompagnent d’un mouvement corporel, un léger soulagement ou un abandon qui vous fait dire : Voilà ce dont il s’agit ! Le Mouvement Corporel est toujours bienfaisant. Même lorsque votre découverte, vue sous un angle rationnel, ne règle  pas votre PB. On ne peut provoquer un mouvement corporel, il vient un peu comme une faveur.




Étape 6 : Accueillir

Si vous avez déjà éprouvé un mouvement profond, une ouverture et une détente physique, vous arrivez à la 6ème étape qui consiste à se montrer réceptif à ce qu’apporte le mouvement corporel. Vous avez éprouvé un MC et votre Pb s’est transformé. Acceptez-le. Soyez heureux que votre corps vous parle quel que soit son message. Un MC n’est pas définitif. Si vous l’acceptez amicalement, un autre suivra. Contentez-vous d’être réceptif et d’accepter ce que le message de votre corps a à vous dire. Ainsi un mouvement peut vous révéler un désir profond enraciné en vous, mais sous une forme que vous jugez impossible à satisfaire. Accordez tout le temps qu’il faut au plus subtil mouvement. Protégez le MC de ces petites voix critiques négatives. Ne les laissez pas détruire votre découverte fraiche.
Pour l’instant permettez-lui de respirer. Laissez-la croître, admirez-la. Accordez-lui toute votre attention. Ne vous pressez pas. Vous acceptez tout ce qu’entraîne le MC au détachement. Vous ne vous situez pas au coeur de ce qui se passe mais juste à côté. Cet espace contigu, vous le trouvez au moment même où votre corps se détend. Vous prenez le temps de respirer. Vous sentez une distance entre votre Pb et vous. Vous êtes ici, il est là. Vous avez un Pb, vous n’êtes pas votre Pb.

Passez à un nouveau cycle.

Votre corps vous dira d’attendre pour assimiler ce qui est nouveau pour lui, ou de continuer. Quand vous reprenez, il est bon de vous rappeler ce qui précédait le dernier MC.
Pour continuer le F, vous pouvez de nouveau prendre conscience de votre Pb dans son entier et demander à votre corps : est-il résolu ? Vous percevez dans votre corps un malaise face à ce qui n’est pas encore résolu. Restez en contact avec le SC global et répétez les étapes 2 à 6. Vous pouvez à partir de votre dernier MC découvrir ce qui se trouve-là. Quel est maintenant mon SC face à cela ? Vous reconnaîtrez le MC à la détente qu’il procure. Vous aurez peut-être à répéter bien des cycles ou étapes avant de résoudre votre Pb.
Vous sentirez un changement physique à chaque pas en avant. Cela peut prendre des mois. Reprenez où vous avez laissé jusqu’à ce que vous en ayez assez pour cette fois-ci et atteignez le point de vous dire ; « Je n’ai pas encore résolu mon Pb mais je sens que je peux m’arrêter à cet endroit-ci. J’ai besoin d’une journée pour laisser le corps s’habituer au changement et voir comment je réagis maintenant en situation réelle. Il est bon d’aller alternativement vers l’intérieur puis vers l’extérieur. Cela demande de l’entraînement.
Vous devrez perdre des centaines d’habitudes mentales et physiques enracinées, certaines façons un peu trop familières de vous parler à vous-même. Cela peut prendre du temps d’explorer ce territoire intérieur étranger qu’est notre corps.

 

Conclusion : Focusing/LE

 

  • J’ai d’abord éprouvé une certaine curiosité à l’égard du Focusing dont j’ai entendu parlé pour la 1ère fois par un stagiaire « Agir et Connaître ».
    J’ai presque toujours abordé l’Auto-Tétralemme de la LE par la case ressenti, et je sentais un grand besoin d’éclaircir cette zone souvent obscure.

 

  • Je me suis heurtée à des difficultés à chaque étape : manque de distance / problèmes, résistance à écouter et à accepter la sensation éprouvée, à laisser venir le mot ou l’image sans l’imposer par la tête, à revenir systématiquement au Sens Corporel, à sentir un changement, une détente, à laisser le temps faire son œuvre.

 

  •  Ce livre m’a passionné et m’a permis de prendre conscience d’un certain nombre de pièges et de lever des blocages nés de conflit entre mon mental et mon corps (en LE reptilien/cognitif). Par l’écoute de mon SC et grâce au procédé du Focusing, j’ai pu sentir dans mon corps d’où venaient mes tensions sur lesquels je buttais depuis longtemps et que je n’arrivais pas à dénouer.

 

  •  Je sais que le chemin est loin d’être terminé mais je crois avoir fait un bon en avant important et sais maintenant le chemin pour avancer vers la détente et le changement.

 

  •  Je vois dans ce procédé un chemin très complémentaire et qui ne s’oppose pas à la LE.  Approche plus particulièrement focalisé sur le ressenti et la résolution de problèmes, mais qui touche à tout le mouvement émotionnel en passant par le désir, les habitudes stratégiques, les représentations, toujours avec ce soucis de revenir à la sensation corporelle (vrai).

 

  • J’ai aimé cette approche par étape qui m’a aidé à observer ce qui se passe en moi, avec bienveillance et toujours en vue d’un dialogue corps-esprit, privilégiant l’écoute du corps comme savoir privilégié pour aller à la rencontre de soi.

 

  •  Je serais heureuse de savoir comment vous avez vécu ce parcours vers votre Sens Corporel …



Pour résumer la démarche

Écoute du message
                                Nouvelles informations =
Situation problématique                    Réponse, Solutions et
                                Application concrète






            Consultation du sens corporel :
            Où je ressens la situation dans mon corps ?
            Comment ça fait ?
            Prise du Sens Corporel



Les 6 étapes du Focusing

  1. Dégager un espace Intérieur
    • Entassez tous vos problèmes d’un côté afin de dégager un endroit où vous pourrez vous asseoir et respirer à l’aise.
    • Affrontez vos sentiments et vos situations pénibles avec un corps décontracté

  2. Laisser venir le Sens Corporel
    • Essayez de rentrer en contact avec le Sens Corporel de votre problème.
    • Le Sens Corporel est une sensation globale et vague qui se rapporte au problème dans son entier.

  3. Trouver la prise
    • Laissez un mot ou une image se former à partir du sens corporel lui-même.
    • Vous cherchez quelque chose qui s’accompagne d’un mouvement corporel.

  4. Faire résonner
    • Confrontez votre sens corporel avec le mot ou l’image que vous avez trouvés.
    • Lorsque vous vérifiez la justesse de la prise, vous permettez en même temps à votre corps de changer.

  5. Interroger
    • Demandez à votre sens corporel ce qui dans votre problème entier, vous rend si…N’imposez pas le mot ou l’image à votre sentiment. Laissez-le émerger de celui-ci
    • Le Mouvement Corporel est toujours bienfaisant.

  6. Accueillir
    • Vous avez éprouvé un Mouvement Corporel et votre problème s’est transformé.
    • Acceptez-le. Soyez heureux que votre corps vous parle quelque soit le message.