Revue "ça m'intéresse"

Janvier 2017 : Nos émotions, comment en faire nos alliées ?


Télécharger
Nos émotions : Comment nous en faire des alliés ?
Nos émotions comment.pdf
Document Adobe Acrobat 21.6 MB

Attention surchauffe !

Psychologie Magazine - décembre 2016

 

ATTENTION, SURCHAUFFE !
Cette fin d’année nous trouve épaisses, inquiètes, parfois meurtries.
Besoin de calme ! Mais qu’est-ce que le calme ? Pourquoi lui résistons-nous ?
Et comment, corps et âme, y accéder durablement ?
Par Laurence Lemoine


Musique industrielle. Visualisez des rouages, des horloges affolées, l’hyperactivité du monde du travail, l’omniprésence des réseaux, la peur de louper l’info, la difficulté de déconnecter, la lueur hypnotique des écrans.
Résistez à l’envie de feuilleter. Ressentez.
Vous êtes sur un tapis pis roulant, sur des terrains glissants. Le monde change. Montée des inégalités, de la violence, des océans, envahissement de la peur, flots de migrants, impuissance, crispation électorale, tout fout le camp, les institutions, le civisme, la pensée, du mal à suivre, à « gérer ». Action, réaction, mode automatique. L’urgence : surnager. Mais ne pas oublier d’espérer, d’être plus créatifs, positifs, et manger mieux, faire du sport, du yoga, pour être plus sereins, plus... calmes. Voila, on va s’arrêter la. Observez votre corps, comment êtes-vous ? Crispe ? Agaces ? Oppresse ? Bien, nous pouvons commencer.

ÉCOUTONS NOS MESSAGES D’ALERTE

Merci de vous être prêtés à l’expérience. Il s’agissait de vous mettre en condition d’éprouver, physiquement, le contraire du calme : l’agitation. Ou alors vos efforts pour ne pas ressentir ce qui montait en vous, manifestant la bonne santé de votre organisme : un message d’alerte. Oui, la fébrilité que nous nous effor­çons de masquer, comme si elle constituait une fai I le dans notre système émotionnel, est, pour Catherine Aimelet-Périssol, médecin et psychothérapeute, « la preuve de son parfait fonctionnement : elle nous signale, dans notre corps, lieu de notre relation au monde, un défaut d’ajustement entre la situation et nous ». Concrètement, décrit-elle, l’agitation émotionnelle est semblable à ce qui se passe dans un bocal quand on le chauffe : les molécules tourbillonnent, veulent s’échapper. De la même façon, notre corps réagit à une situation qui, traversant le filtre de la mémoire, est perçue comme un danger. Ça bouillonne à l’intérieur (gorge serrée, respiration saccadée, ventre noué), l’émotion nous met en mouvement (précipitation, envie de fuir, de frapper), se colore affectivement (colère, angoisse, panique), se diffuse dans nos pensées (ruminations, accusations...)

 

NOS ÉMOTIONS SONT LA SOLUTION

Deux solutions alors : maintenir un calme apparent (donc nier ce que nous ressentons, au risque de demeurer dans une situation qui ne nous convient pas) ou créer les conditions d’un retour au calme. D’abord, « en admettant que nos émotions ne sont pas le problème, mais la solution, poursuit Catherine AimeletPérissol. Notre culture de la rationalité nous a appris à nous en méfier : nous devrions être capables de les maîtriser, de les tenir à distance. Nous devons au contraire apprendre à les écouter. Car nous sommes des êtres vivants avant d’être pensants ». 11 s’agit ensuite de chercher un meilleur alignement du corps et de l’esprit. « Etre calme, explique-t-elle, ce n’est pas ne rien ressentir. C’est être plus présent à soi-même, se sentir bien, dans sa tête et dans sa peau. » Le calme, synonyme de détente et de tonicité, peut être retrouvé par le corps (ajuster notre posture) ou par l’esprit (dire, agir conformément à nos désirs, nos valeurs). Pratiquer régulièrement une activité qui nous procure un bien — être global (la marche, la poésie...), parce quelle correspond à nos goûts et non parce qu’elle est à la mode, contribue à installer dans nos vies un calme fait de confiance et de contentement.

Télécharger
Attention surchauffe
Psychologie Magazine - décembre 2016
attention surchauffe.pdf
Document Adobe Acrobat 3.5 MB

Repenser la confiance en liant le corps et l'esprit

Le Figaro - Psycho santé - 30 mai 2016


Repenser la confiance
Proche de la sérénité, l’état de confiance apparaît comme un processus en perpétuelle construction.

Détail révélateur : dans la passionnante enquête du journaliste américain Scott Stossel consacrée à l’anxiété et aux différentes découvertes permettant peut-être d’en sortir (ANXIETE, les tribulations d’un angoissé chronique en quête de paix intérieure, ed. Belfond)– des années de recherche, 440 pages, des centaines d’interviews avec les plus grands spécialistes de l’angoisse -  l’ index pourtant impressionnant n’affiche pas d’entrée « Confiance ».
Cette absence rappelle à quel point la psychologie et sa recherche se sont jusque-là essentiellement centrées sur la peur. «Dans les découvertes d’Henri Laborit ou celles plus récentes de Lionel Naccache, c’est cette émotion première, archaïque, qui permet de comprendre tout le système émotionnel, explique le Dr Catherine Aimelet-Périssol, psychothérapeute auteur notamment de « E.M.O.T.I.O.N :7 étapes pour se comprendre – (éd Albin Michel). En effet, la peur vient toujours se mêler aux autres émotions». Même la joie ? » « Oui, même la joie qui dans sa version excitée, d’« emballement » peut contenir une notion d’alerte, confirme la spécialiste ».

(voir son site logique-emotionnelle.com)
Autre explication : la confiance a plus souvent été entendue comme « confiance en soi » (typique des années 80, toutes dédiées au développement personnel) ou comme « confiance dans les autres » (rappelée avec insistance par le serpent KAA dans le « Livre de la Jungle » :  « aie confiance », susurrait-t-il, encourageant des millions d’enfants à devenir des décennies plus tard des adultes incapables d’y parvenir…)

« Observateur de soi »
Aujourd’hui, le regard sur la confiance semble changer : elle est davantage perçue comme « confiance absolue », c’est à dire en tant que telle, sans conditions, sinon un état dans lequel corps et esprit sont très engagés.
« L’état de confiance n’est pas lié à un savoir (sur l’autre, sur soi etc…) mais à une expérience corporelle, estime Catherine Aimelet-Perissol. Rien à voir avec une confiance idéalisée (je vais parvenir à ce que je devrais faire), ce type de confiance c’est « ici et maintenant », quand je reste pleinement observateur de ce que je ressens sans obéir à aucune forme d’exigence intérieure ».
Conséquence : il est inutile –voire néfaste – de se dire « ça va aller », « je vais y arriver », quand on craint quelque chose, alors que partir de la vérité de ce que l’on ressent (« je suis angoissé », « j’ai des fourmis dans les jambes » etc…) peut constituer un socle à partir duquel on puise force et envie d’agir.
Le médecin Deepak Chopra, dans une récente conférence parisienne, où il présentait les dernières découvertes des neurosciences permettant de neutraliser le stress, indiquait lui aussi la base de toute confiance : «il faut devenir observateur de soi pour dépasser le cerveau reptilien ; nous savons désormais que deux outils sont à notre disposition pour y parvenir : la méditation, qui aide à plonger dans la pure sensation en laissant passer ses pensées stressantes et, axe central de la sérénité, la respiration, mouvement perpétuel qu’on ne peut manipuler ».
    Observer sa respiration permet en effet de voir combien le souffle toujours s’efface…et revient. « Quand nous constatons que tout, nos pensées, les situations, tout ce que nous sommes, est mouvant, en perpétuelle transformation, nous faisons aussi l’expérience que quelque chose en nous - notre essence selon Chopra- demeure hors forme, hors temps, et est donc indestructible ».
    En d’autres termes, le Dr Catherine Aimelet-Perissol rappelle comment l’image des végétaux se tournant vers la lumière pour pousser davantage doit nous inspirer dans le sens de nous ouvrir à la réalité : « faire confiance à la vie en général est primordial, explique-t-elle, rappelant que celle-ci « se fraye toujours un chemin et que nous pouvons toujours nous en rappeler ». 
    Certes, mais quels sont les autres moyens d’installer la confiance en nous ? « Il nous faut admettre que toutes nos tendances à psychologiser, tous nos encouragements factices, déjà abondamment testés, ne servent à rien, avance la psychothérapeute. Puis, il s’agit de mettre en évidence que notre sentiment de manque de confiance est le fruit d’une sur-exigence…alors celle-ci peut nous quitter ».
     Cela n’empêchera jamais des peurs de se représenter à notre porte, car nous sommes humains. En ce sens, la confiance est en perpétuelle construction. Pour nourrir celle-ci Deepak Chopra a rappelé les cinq piliers incontournables désormais validé par toutes les études : un bon sommeil, une pratique de méditation et de gestion du stress, une activité physique régulière, de l’autorégulation émotionnelle et une alimentation saine. Là ou corps et esprit agissent pleinement en alliés [...]


Pascale SENK

Télécharger
Repenser la confiance
Le Figaro 30 mai 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 172.7 KB

Interview de Catherine Aimelet Périsol réalisé par Alter Négo

20 minutes

Journée mondiale du compliment :

Pourquoi est-ce parfois si dur de les apprécier ?

Interview de Catherine Aimelet Périssol

 PSYCHOLOGIES MAGAZINE février 2016
4 conseils pour apaiser son émotivité
 Par Hélène Fresnel

[…] Bonjour. Angélique, émotive », chuchote dans un souffle Isabelle Carré avant de s’évanouir face à son groupe de thérapie. Dans le film de Jean-Pierre Améris "Les Émotifs anonymes", l’héroïne qu’elle incarne tente tant bien que mal de vivre avec ce qu’elle considère comme un handicap majeur. Pour la psychothérapeute et médecin Catherine Aimelet-Périssol, ce trait de personnalité n’est pas un drame. Il n’est qu’« une façon de ressentir son émotion, de signaler le rapport que nous entretenons avec elle. Mais nous vivons dans une époque où règne un diktat du bien-être. Et comme les émotions que nous éprouvons provoquent inévitablement en nous un temps de mal-être et nous déstabilisent physiologiquement, elles sont de moins en moins acceptées. » […]

Cela implique de reconnaître les vertus des émotions, de ne pas les diaboliser.[…] « Notre système émotionnel est directement organisé par notre système reptilien. Il a la charge de nous maintenir en vie en nous alertant d’un événement », souligne Catherine Aimelet-Périssol. Phénomène infra-verbal, l’émotion prend sa source dans les parties archaïques du cerveau, et nous ne nous apercevons de son existence que bien après son déclenchement […]

S’intéresser au circuit qu’elle emprunte dans le cerveau, porter son attention sur elle permet de ne pas se sentir impuissant et de réduire son émotivité. Catherine Aimelet-Périssol plaide pour un traitement par la connaissance : « La première chose à faire est d’essayer de s’intéresser au fonctionnement et aux mécanismes cérébraux. C’est un outil extraordinaire de connaissance de soi qui peut nous réconcilier avec nos émotions. Ces dernières sont avant tout provoquées par notre système immunitaire. Savoir les repérer et les cartographier nous aide et nous rassure quand nous sommes envahis par elles : comme avec un GPS, cela nous donne des repères pour mieux nous orienter. » […]

Télécharger
4 conseils pour apaiser son émotivité
Psychologies Magazine N°359.pdf
Document Adobe Acrobat 2.6 MB

Tchat sur psychologies.com
« GÉRER SON ÉMOTIVITÉ »
Au début du mois de février, Catherine Aimelet-Périssol a répondu aux questions des internautes.

Vous pouvez découvrir (ou redécouvrir) les questions/réponses

Replay sur RTL :

"Comment gérer notre émotivité"
Retrouvez l’émission de Flavie Flament "On est fait pour s’entendre"
Aux côtés de Flavie Flament :  Catherine Aimelet-Périssol, Hélène Fresnel, journaliste à Psychologies, et Pierre Massot, psychopraticien, co-auteur de E.M.O.T.I.O.N le mercredi 10 février de 15 heures à 16 heures,


Auparavant

Le Mag de l'aprem présenté par Marc Leval


mercredi 29 juillet 2015
Les Émotions avec Catherine Perissol


Le podcast


Interview réalisée par Maïté Pecqueur à Paris le 19 mars 2015

A l'occasion de la sortie du livre E.M.O.T.I.O.N. 7 étapes pour se comprendre

Retour                                                                                                                                            Acheter le livre